www.faune-limousin.eu
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Coucou gris 2020
       - 
Hirondelle rustique 2020
       - 
Pie-grièche grise 2020
       - 
Héron cendré 19-20
       - 
Milan royal 19-20
       - 
Campagnol amphibie 16-20
       - 
Hermine 15-20
       - 
Loutre d'Europe 15-20
       - 
Couleuvre verte et jaune 16-20
       - 
Vipère péliade 18-20
       - 
Rainette verte 16-20
       - 
Sonneur à ventre jaune 16-20
       - 
Pennipatte orangé 16-20
       - 
Chlorocordulie à taches jaunes 16-20
       - 
Chlorocordulie métallique 15-20
       - 
Silène 18-20
       - 
Cigale grise 16-20
       - 
Azuré porte-queue 16-20
       - 
Cuivré des marais 16-20
       - 
Criquet des ajoncs 15-20
       - 
Ephippigère des vignes (E. d. diurnus) 15-20
       - 
Criquet des roseaux 15-20
       - 
Conocéphale gracieux 15-20
       - 
Lucane cerf-volant 18-20
       - 
Argiope frelon 18-20
       - 
Escargot de Bourgogne 16-20
 - 
Les galeries photos
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et codes atlas
    - 
la Foire Aux Questions
    - 
Manuel d'utilisation
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Utilisation de Faune-Limousin
 - 
Manuel d'utilisation
 - 
Crédits photographiques
 - 
Code de déontologie et de gestion
 - 
Rencontres Faune Limousin
 - 
Autres sites de partage des observations
Documentation et identification
 - 
Oiseaux
 - 
Insectes
 - 
Libellules et demoiselles
 - 
Mollusques
 - 
Araignées
 - 
Crustacés
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 137
 
mercredi 19 août 2020
Papillons de jour
L’Hermite : Un papillon rare et menacé

Présentation

Au cours du dernier siècle, l’Hermite (Chazara briseis), grand papillon de la sous-famille des Satyrinae, a fortement régressé sur l’ensemble de son aire de répartition : disparue de Belgique et du Luxembourg, l’espèce se maintient essentiellement dans le sud de la France. Classé vulnérable sur la liste rouge nationale, l’Hermite est particulièrement menacé en Limousin. En effet, dans la région il n’est connu que sur le Causse corrézien où la dernière donnée remonte à août 1995 sur la  commune de Chasteaux. 

La dynamique de fermeture des pelouses calcicoles due à l’abandon progressif du pâturage extensif est l’une des causes principales de sa régression. Très exigeant en termes d’habitat, ce papillon est inféodé aux pelouses calcicoles rocailleuses à végétation rase et clairsemée. La présence d’au moins un quart de sol nu lui est indispensable car ce papillon se pose rarement sur l’herbe mais presque exclusivement, ailes fermées, sur les roches et le sol où son aspect mimétique lui permet de se confondre avec le milieu.

L’Hermite est une espèce univoltine dont la période de vol s’étend de mi-juin à mi-septembre. La femelle pond ses œufs de façon isolée sur des supports variés proches du sol. Ses plantes-hôtes appartiennent à la famille des Poacées : fétuques, bromes, brachypodes… La chenille éclot fin septembre et passe l’hiver sous cette forme, sa première mue n’intervient qu’en avril.

Aujourd’hui, pour sauver l’espèce, il est indispensable de connaître les stations où elle est potentiellement présente afin d’orienter les programmes de gestion conservatoire. Trouver des spécimens de cette espèce est donc un des challenges de la réactualisation de l’atlas des Papillons de jour.

 

Quand le chercher ?

La seconde moitié de la période estivale est idéale pour chercher l’Hermite. Les jours de forte chaleur il est préférable de prospecter le matin ou en fin d’après-midi car, il se cantonne aux couverts des arbres ou des buissons.

 

Comment le reconnaître ?

Il est facilement identifiable grâce aux motifs caractéristiques sur la face inférieure de ses ailes : pour les deux sexes les ailes antérieures sont gris crème avec deux ocelles noirs inclus dans une bande crème. Les ailes postérieures du mâle possèdent une large bande crème et deux taches marginales près de la base de l’aile ; en revanche les ailes postérieures de la femelle sont plus ternes et ne possèdent pas de motif spécifique.

Au cours de vos prospections ou promenades sur le Causse corrézien, ouvrez l’œil !

 

Bibliographie :

JACQUOT (P.), 2012. – Les papillons menacés en Franche-Comté. Hermite, Chazara briseis (Linnaeus, 1764). Union européenne, Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Franche-Comté, Conseil régional de Franche-Comté, 2 p. 

DELMAS (S.), DESCHAMPS (P.), SIBERT (J.-M.), CHABROL (L.) & ROUGERIE (R.), 2000. – Guide écologique des Papillons du Limousin, Lépidoptères Rhopalocères,  416 p. Société Entomologique du Limousin édit., Limoges. 

GOURVIL (P.-Y.), SOULET (D.) et DUHAZE (B.), 2017. – Plan régional d’actions en faveur des lépidoptères patrimoniaux - Déclinaison régionale du plan national d’actions en faveur des Maculinea - Aquitaine - 2017-2021. CEN Aquitaine/DREAL Nouvelle-Aquitaine. 76 p.

LAFRANCHIS (T.), JUTZELER (D.), GUILLOSSON (J.-L.), KAN (P.) & (B.), 2015. La Vie des Papillons. Ecologie, Biologie et Comportement des Rhopalocères de France. Diatheo (2015). 754p.

 

Image : Hermite mâle (Chazara briseis) - Gatuzières-48 - 26/07/2009 - Julien Barataud

posté par Julien Barataud
 
dimanche 9 août 2020
Oiseaux
Synthèse sur la migration prénuptiale nocturne en Limousin, année 2020.

L’enregistrement des sons produits par les oiseaux permet de les identifier spécifiquement, à l’oreille mais aussi à l’aide de sonagrammes. Cette technique offre des opportunités nouvelles, en particulier la pose de pièges à sons la nuit, quand passent nombre d’oiseaux migrateurs. Six observateurs ont réalisé des enregistrements nocturnes de janvier à mi-juin 2020 en Limousin, recueillant ainsi des informations inédites sur la face cachée de la migration. Ces observations sont synthétisées dans le rapport ci-dessous. Merci à ces observateurs, et bonne lecture !

Illustration : Courlis corlieu, photo et sonagramme (© Christophe Mercier).

posté par Anthony Virondeau
 
lundi 27 juillet 2020
Oiseaux
Rapport du CHR sur les oiseaux rares en Limousin en 2018

Retrouvez ci-dessous le 10e rapport du CHR sur les oiseaux rares en Limousin, portant sur l'année 2018. Tous les rapports sont téléchargeables dans la rubrique Documentation et Identification, partie Oiseaux. Bonne lecture ! 

Photo : Sizerin flammé "boréal" Acanthis flammea flammea, mars 2018, Panazol (87), Christophe MERCIER. 

Document à télécharger :  RAPPORT2018-2639.pdf
posté par Anthony Virondeau
 
jeudi 16 juillet 2020
Oiseaux
2021: lancement de l'Atlas des Oiseaux de France nouvelle formule !

L'avifaune évolue continuellement, sous les différentes pressions anthropiques et climatiques.

Depuis la parution de l’Atlas des Oiseaux Nicheurs du Limousin en 2013 et de celui de France Métropolitaine en 2015, les aires de répartition de l'avifaune a sensiblement changé. A titre d'exemple, la Pie-grièche à poitrine rose ne semble plus être nicheuse en France. A l'inverse, l'Ibis falcinelle fait preuve d'un fort dynamisme au-delà de son bastion méditerranéen.

Dans le même temps, l'ornithologie et les ornithologistes de terrain évoluent aussi : la collecte et la mutualisation des données explosent sous l'effet de l'application NaturaList et des portails participatifs connectés Faune-France.org et Faune-Limousin.eu : plus de 2,2 millions de données collectées dont 220 milles depuis le début de 2020 sur notre territoire de compétence !

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024, puis fondera un atlas permanent. Ses principaux objectifs sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations. Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

A l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des contributeurs de Faune-France et de Faune-Limousin.eu seront mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennes. Les données collectées sous forme de listes complètes, plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Durant l’automne, la méthode de prospection sera présentée, notamment par des vidéos diffusées via Faune-France.org. et que nous vous inviterons à découvrir sur Faune-Limousin.eu. Dans l'attente, un premier document décrit sommairement ce nouveau projet d'Atlas des oiseaux de France.

posté par Dupuy Frédéric
 
vendredi 1 mai 2020
Papillons de jour
Actualisation de l’inventaire des papillons de jour du Limousin

Entre 1986 et 2000, la SEL a mobilisé ses adhérents pour constituer une base de données informatisée rassemblant les observations de papillons de jour du Limousin. Ce travail de compilation a été accompagné de nombreuses sorties de terrain en vue de compléter l’inventaire dans le but d’obtenir un jeu de données représentatif de la région. Ainsi, au cours de l’année 2000, était publié un guide écologique des papillons du Limousin. Cet ouvrage était un des premiers en France à proposer des monographies sur les espèces comprenant des éléments de détermination et d’écologie, accompagnées d’une photographie et d’une carte d’occurrence de l’espèce dans la région (Delmas et al. 2000).

Depuis 2000, la faune des lépidoptères du limousin a connu des évolutions : découverte de nouvelles espèces, disparition ou régression de certains taxons, évolution des aires de distribution en relation avec les changements climatiques, l'occupation des sols, etc. L’objectif du projet est donc l’actualisation de l’inventaire des Rhopalocères du Limousin, avec pour finalité la production d'un atlas cartographique au maillage 10 x 10 km, afin d'homogénéiser les connaissances sur l’ensemble des mailles de l'ex-région Limousin (210 mailles).

Les données collectées au cours de ce programme permettront en outre de contribuer aux politiques de préservation des papillons de jours (Plan Régional d'Actions, listes rouges, espèces déterminantes de Znieff, etc.)

Ce travail est réalisé grâce au soutien financier de la DREAL Nouvelle-Aquitaine.

Pour d’avantage d’informations et pour participer, rendez vous sur le site de SEL !

 

posté par Gmhl Admin
 
mardi 31 mars 2020
Hyménoptères
Confinés mais aux aguets : osez le osmies !

Les osmies sont des petites abeilles solitaires, souvent qualifiées d’Abeilles maçonnes.

L’Osmie cornue Osmia cornuta est la plus massive. Précoces, les premiers mâles apparaissent souvent dès les premiers jours doux et ensoleillés de janvier. Selon la température et la latitude, les femelles émergent de fin janvier à fin février.

L’Osmie rousse Osmia bicornis (anciennement Osmia rufa), plus tardive, n’apparait habituellement que fin mars pour les premiers mâles et entre les 6 et 10 avril pour les femelles.

En règle générale, les premiers mâles d’Osmie rousse apparaissent après le début de la nidification de l’Osmie cornue.

Toutes deux affectionnent les nichoirs à insectes, les trous de ventilation des fenêtres (plus fréquemment occupés par Osmia cornuta, la première « levée »), les volets, poteaux creux, carillons à vent.

Cette année les premiers mâles d’Osmia bicornis dûment identifiés (photographies et validation d’expert) ont été détectés dès le 17 mars (Auvergne, Limousin, Alsace). Dès lors, les deux espèces étant actives, il est important de joindre une photographie à vos observations et de préciser le ou les sexe(s) observé(s). Ces éléments d’informations sont indispensables à la validation de vos données.

L’Osmie cornue disparaitra courant avril, alors que l’on pourra observer des femelles d’Osmies rousses, très défraichies, jusqu’à quasiment mi-juin.

Ces deux osmies pollinisent activement les arbres fruitiers, des plus précoces aux plus tardifs, mais aussi les fraisiers (Osmie rousse). Une véritable osmiculture (élevage d’osmies) se développe en arboriculture pour favoriser la pollinisation « dirigée ».

Attention à ne pas confondre ces deux espèces !

Les femelles des deux espèces possèdent de petites cornes entre les antennes et les mandibules. Elles sont sensiblement plus grandes que les mâles. Ces-derniers ont de plus longues antennes et la face claire.

Identification des femelles :

  1. Thorax recouvert de poils noir mat. Pointe de l’abdomen rousse : Osmie cornue Osmia cornuta
  2. Thorax recouvert de poils brun-gris à roux. Pointe de l’abdomen noire (sauf en Corse) : Osmie rousse Osmia bicornis

Identification des mâles :

  1. Face à poils blanc pur. Cuticule du thorax non irisée : Osmie cornue Osmia cornuta
  2. Face à poils blanc cassé, jaune, parfois orangé. Cuticule du thorax irisée : Osmie rousse Osmia bicornis

La saisie de ces deux espèces est ouvertes sur Faune-Limousin et NaturaList.

Nous vous remercions d’accompagner vos observations de photographies pour faciliter la validation des données.

Des cartes du moment illustrent la répartition des deux espèces :

Légende de l'image : accouplement d'Osmie cornue. © David Genoud

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 26 mars 2020
Oiseaux
COVID-19 & STOC 2020 : restez chez vous !

En raison de l’épidémie du coronavirus, le suivi des carrés STOC est annulé pour tous les bénévoles, jusqu'à nouvel ordre. Seuls les salariés pourront, dans le cadre strict de dérogations au confinement validées par leur structure, engager ou poursuivre leurs suivis STOC ce printemps.

En tant qu’association, nous sommes responsable juridiquement de nos actions dans le cadre de nos activités, c'est-à-dire aussi dans le cadre des suivis de la biodiversité.

Adhérent, bénévoles salariés nous sommes tous directement concernés. Les circonstances exceptionnelles actuelles exigent que nous nous mobilisions pour appliquer strictement les consignes de confinement émises par le gouvernement.

Ne prenez aucun risque et participer plutôt aux défis « Confinés mais aux aguets » pour les oiseaux mais aussi les papillons depuis chez vous ! 

Bon courage et prenez soin de vous !

posté par Dupuy Frédéric
 
lundi 23 mars 2020
Papillons de jour
Confinés, mais aux aguets - 2nd défi : inventorier les papillons de jour de votre jardin !

Les contraintes de confinement nous obligent à limiter nos déplacements. Le collectif Faune-France vous propose donc de transformer votre lieu de résidence en observatoire de la faune sauvage. Combien d’espèces allez-vous pouvoir observer de chez vous ? Lesquelles ?

Plusieurs espèces de papillons précoces sont en pleine activité comme l'Aurore, le Citron, le Vulcain, le Paon du jour ou plusieurs piérides blanches.

Le second défi : inventorier les papillons de votre jardin

Ce second défi peut être effectué tous les jours, plutôt l’après-midi, dès que les conditions météo sont favorables. Il s'agit de faire régulièrement (quotidiennement si possible), une liste complète de tous les papillons que vous observez chez vous.

Attention, certaines espèces ne sont pas faciles à déterminer. En cas de doute, privilégier la saisie d’un genre plutôt que d’une espèce : Pieris indéterminé par exemple.

Ce défi exploratoire, concocté avec les conseils des spécialistes de VigieNature CESCO/MNHN, se fait selon deux modes opératoires : 

- petit jardin (< 2.000 m2) : installez-vous en poste fixe durant 10 minutes. Pour chaque papillon observé dans un rayon de 5 mètres autour de vous, notez l'espèce et l'effectif. 

- grand jardin : effectuez un parcours de 10 minutes et notez tous les papillons observés sur une bande d’environ 2,5 m de large de part et d’autre de votre cheminement. Peu importe la distance parcourue.

Dans les deux cas, vous pourrez utiliser l’application Naturalist (Androïd), en mode Saisie par liste sur le terrain :

  1. Cliquer en bas à droite sur "+" ;
  2. Choisir la saisie "par liste sur le terrain" ;
  3. Dans le champ commentaire du formulaire, notez si des buddleias ou des lavandes sont fleuries dans votre jardin.
  4. Cochez « Enregistrer la trace » ;
  5. Puis, "Suivant".
  6. Renseigner le code etude "[ACasa] Confinés mais aux aguets"

La carte s’affiche alors et vous pouvez commencer à saisir vos observations. En saisissant un papillon comme première espèce d’une liste, tout le formulaire sera consacré aux papillons. Toute autre espèce pourra être saisie, mais hors liste.

IMPORTANT : si vous n’avez observé aucune espèce au bout de 10 minutes :

  • Terminez le formulaire en cliquant sur le carré (en haut à droite) ;
  • Dans "Groupe taxonomique", sélectionnez "Papillons de jour" ;
  • Cliquez sur "J’ai signalé toutes les espèces observées" ;

Une donnée « 0 No lepidoptera » s’affichera sur l’écran, indiquant qu'aucune espèce n'a été observée durant la période de relevé. Ces données d’absence sont ESSENTIELLES aux analyse à venir.

Remarque : en cas de liste vide, il est nécessaire de revenir sur la donnée vide (modifier la donnée) pour attribuer le code étude à votre formulaire.

Belles observations à tous.

Pour en savoir plus sur NaturaList, cliquez << ici >>.

Légende de l'image : Aurore, individu mâle. © Rik Kruit - Saxifraga.

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 19 mars 2020
Oiseaux
Confinés mais aux aguets - Premier défi : l'inventaire complet des oiseaux de chez vous

Les contraintes de confinement nous obligent à limiter les déplacements. Le réseau Faune-France auquel particpe Faune Limousin vous propose donc de transformer votre lieu de résidence en observatoire de la faune sauvage. Combien d’espèces allez-vous pouvoir observer de chez vous ?

Côté oiseaux, des millions de migrateurs passent en ce moment au-dessus de nos têtes. Il suffit de lever les yeux pour faire de superbes observations. C’est aussi l’occasion de dresser l’inventaire de tous les oiseaux nicheurs visibles de chez vous.

Pour le reste de la faune, nous vous proposerons, durant les prochaines semaines, des recherches ciblées. Il s’agira de trouver une série d’espèces anthropophiles et d’en dresser, tous ensemble, la carte de répartition nationale.

Le premier défi : l'inventaire complet des oiseaux de chez vous

Ce premier défi n’est pas très compliqué et peut être effectué tous les jours. Il s'agit de faire, le plus fréquemment et régulièrement possible, une liste complète de tous les oiseaux que vous observez de chez vous sous forme de :

- de formulaires Oiseaux des jardins, et dans ce cas pas besoin de code. Si votre inventaire est complet, il est possible de l'indiquer en éditant une donnée du relevé, puis en faisant "Modifier formulaire" et enfin en cliquant sur "Toutes les espèces vues ont été signalées".

- de listes de 5 minutes, intégrant le programme EPOC. Dans ce cas, merci d'inscrire "EPOC" en commentaire de la liste et de bien sélectionner le code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets" ; vous pouvez faire autant d'EPOC que vous voulez.

- de listes complètes plus longues, idéalement de 20 minutes au maximum, avec là encore la sélection du code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets".

A partir de ces informations, nous calculerons combien d'espèces d'oiseaux peuvent être inventoriées en France, durant la période de confinement, sans quitter nos domiciles ? Quel sera le maximum en une seule journée ? Combien de données et de listes auront été collectées ? Où est le meilleur spot d'observation ? Il ne fait aucun doute que toutes ces informations amélioreront par ailleurs notre connaissance du calendrier de migration et de reproduction de nombreuses espèces.

Ce programme étant par ailleurs européen, nous pourrons comparer nos résultats avec les pays voisins.

Comment trouver les codes études ?

Sur Faune-Limousin et Faune-France, il est demandé sur la première page, avant de lister les espèces :

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Web.JPG

Sur NaturaList le Code étude est demandé à la fin du relevé.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/NaturaList.jpg

Pour savoir comment faire des listes complètes :

- Sur Faune-Limousin ou sur Faune-France ;

- Sur NaturaList en positionnant chaque oiseau, idéal pour les EPOC ;

- Sur NaturaList en listant toutes les espèces détectées, idéal pour les listes de plus de 10 minutes.

 

Légende de l'image : Moineau domestique mâle. © Ph. Jourde

posté par Gmhl Admin
 
lundi 9 mars 2020
Oiseaux
La "fracture territoriale" version ornithologie limousine

Toutes les communes ne sont pas égales en termes d'intensité des prospections naturalistes, et notamment ornithologiques. Afin de prospecter au mieux l’ensemble du territoire limousin, vous trouverez dans le tableau ci-joint la liste des communes pour lesquelles aucune observation n’a été réalisée depuis le début de l’année 2020 (tableau en date du 8 février).

Nous vous incitons donc, dans la mesure de vos possibilités, à partir à la découverte des richesses naturalistes de ces communes et à nous faire part de vos découvertes grâce à Faune Limousin.

posté par Anthony Virondeau
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 137

GMHL, LPO Limousin, SLO, SEL, SLEM, CEN Nouvelle-Aquitaine - Collectif Faune Limousin
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020