www.faune-limousin.eu
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Coucou gris 2020
       - 
Hirondelle rustique 2020
       - 
Pie-grièche grise 2020
       - 
Héron cendré 19-20
       - 
Milan royal 19-20
       - 
Campagnol amphibie 16-20
       - 
Hermine 15-20
       - 
Loutre d'Europe 15-20
       - 
Couleuvre verte et jaune 16-20
       - 
Vipère péliade 18-20
       - 
Rainette verte 16-20
       - 
Sonneur à ventre jaune 16-20
       - 
Cordulégastre bidenté 15-20
       - 
Pennipatte orangé 16-20
       - 
Gazé 18-20
       - 
Hespérie échiquier (Echiquier) 16-20
       - 
Cuivré des marais 16-20
       - 
Dectique verrucivore 15-20
       - 
Grillon champêtre 2020
       - 
Criquet verdelet 18-20
       - 
Grillon des marais 16-20
       - 
Lucane cerf-volant 18-20
       - 
Ascalaphe soufré 17-20
       - 
Escargot de Bourgogne 16-20
 - 
Les galeries photos
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et codes atlas
    - 
la Foire Aux Questions
    - 
Manuel d'utilisation
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Utilisation de Faune-Limousin
 - 
Manuel d'utilisation
 - 
Crédits photographiques
 - 
Code de déontologie et de gestion
 - 
Rencontres Faune Limousin
 - 
Autres sites de partage des observations
Documentation et identification
 - 
Oiseaux
 - 
Insectes
 - 
Libellules et demoiselles
 - 
Mollusques
 - 
Araignées
 - 
Crustacés
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 133
 
vendredi 1 mai 2020
Papillons de jour
Actualisation de l’inventaire des papillons de jour du Limousin

Entre 1986 et 2000, la SEL a mobilisé ses adhérents pour constituer une base de données informatisée rassemblant les observations de papillons de jour du Limousin. Ce travail de compilation a été accompagné de nombreuses sorties de terrain en vue de compléter l’inventaire dans le but d’obtenir un jeu de données représentatif de la région. Ainsi, au cours de l’année 2000, était publié un guide écologique des papillons du Limousin. Cet ouvrage était un des premiers en France à proposer des monographies sur les espèces comprenant des éléments de détermination et d’écologie, accompagnées d’une photographie et d’une carte d’occurrence de l’espèce dans la région (Delmas et al. 2000).

Depuis 2000, la faune des lépidoptères du limousin a connu des évolutions : découverte de nouvelles espèces, disparition ou régression de certains taxons, évolution des aires de distribution en relation avec les changements climatiques, l'occupation des sols, etc. L’objectif du projet est donc l’actualisation de l’inventaire des Rhopalocères du Limousin, avec pour finalité la production d'un atlas cartographique au maillage 10 x 10 km, afin d'homogénéiser les connaissances sur l’ensemble des mailles de l'ex-région Limousin (210 mailles).

Les données collectées au cours de ce programme permettront en outre de contribuer aux politiques de préservation des papillons de jours (Plan Régional d'Actions, listes rouges, espèces déterminantes de Znieff, etc.)

Ce travail est réalisé grâce au soutien financier de la DREAL Nouvelle-Aquitaine.

Pour d’avantage d’informations et pour participer, rendez vous sur le site de SEL !

 

posté par Gmhl Admin
 
mardi 31 mars 2020
Hyménoptères
Confinés mais aux aguets : osez le osmies !

Les osmies sont des petites abeilles solitaires, souvent qualifiées d’Abeilles maçonnes.

L’Osmie cornue Osmia cornuta est la plus massive. Précoces, les premiers mâles apparaissent souvent dès les premiers jours doux et ensoleillés de janvier. Selon la température et la latitude, les femelles émergent de fin janvier à fin février.

L’Osmie rousse Osmia bicornis (anciennement Osmia rufa), plus tardive, n’apparait habituellement que fin mars pour les premiers mâles et entre les 6 et 10 avril pour les femelles.

En règle générale, les premiers mâles d’Osmie rousse apparaissent après le début de la nidification de l’Osmie cornue.

Toutes deux affectionnent les nichoirs à insectes, les trous de ventilation des fenêtres (plus fréquemment occupés par Osmia cornuta, la première « levée »), les volets, poteaux creux, carillons à vent.

Cette année les premiers mâles d’Osmia bicornis dûment identifiés (photographies et validation d’expert) ont été détectés dès le 17 mars (Auvergne, Limousin, Alsace). Dès lors, les deux espèces étant actives, il est important de joindre une photographie à vos observations et de préciser le ou les sexe(s) observé(s). Ces éléments d’informations sont indispensables à la validation de vos données.

L’Osmie cornue disparaitra courant avril, alors que l’on pourra observer des femelles d’Osmies rousses, très défraichies, jusqu’à quasiment mi-juin.

Ces deux osmies pollinisent activement les arbres fruitiers, des plus précoces aux plus tardifs, mais aussi les fraisiers (Osmie rousse). Une véritable osmiculture (élevage d’osmies) se développe en arboriculture pour favoriser la pollinisation « dirigée ».

Attention à ne pas confondre ces deux espèces !

Les femelles des deux espèces possèdent de petites cornes entre les antennes et les mandibules. Elles sont sensiblement plus grandes que les mâles. Ces-derniers ont de plus longues antennes et la face claire.

Identification des femelles :

  1. Thorax recouvert de poils noir mat. Pointe de l’abdomen rousse : Osmie cornue Osmia cornuta
  2. Thorax recouvert de poils brun-gris à roux. Pointe de l’abdomen noire (sauf en Corse) : Osmie rousse Osmia bicornis

Identification des mâles :

  1. Face à poils blanc pur. Cuticule du thorax non irisée : Osmie cornue Osmia cornuta
  2. Face à poils blanc cassé, jaune, parfois orangé. Cuticule du thorax irisée : Osmie rousse Osmia bicornis

La saisie de ces deux espèces est ouvertes sur Faune-Limousin et NaturaList.

Nous vous remercions d’accompagner vos observations de photographies pour faciliter la validation des données.

Des cartes du moment illustrent la répartition des deux espèces :

Légende de l'image : accouplement d'Osmie cornue. © David Genoud

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 26 mars 2020
Oiseaux
COVID-19 & STOC 2020 : restez chez vous !

En raison de l’épidémie du coronavirus, le suivi des carrés STOC est annulé pour tous les bénévoles, jusqu'à nouvel ordre. Seuls les salariés pourront, dans le cadre strict de dérogations au confinement validées par leur structure, engager ou poursuivre leurs suivis STOC ce printemps.

En tant qu’association, nous sommes responsable juridiquement de nos actions dans le cadre de nos activités, c'est-à-dire aussi dans le cadre des suivis de la biodiversité.

Adhérent, bénévoles salariés nous sommes tous directement concernés. Les circonstances exceptionnelles actuelles exigent que nous nous mobilisions pour appliquer strictement les consignes de confinement émises par le gouvernement.

Ne prenez aucun risque et participer plutôt aux défis « Confinés mais aux aguets » pour les oiseaux mais aussi les papillons depuis chez vous ! 

Bon courage et prenez soin de vous !

posté par Dupuy Frédéric
 
lundi 23 mars 2020
Papillons de jour
Confinés, mais aux aguets - 2nd défi : inventorier les papillons de jour de votre jardin !

Les contraintes de confinement nous obligent à limiter nos déplacements. Le collectif Faune-France vous propose donc de transformer votre lieu de résidence en observatoire de la faune sauvage. Combien d’espèces allez-vous pouvoir observer de chez vous ? Lesquelles ?

Plusieurs espèces de papillons précoces sont en pleine activité comme l'Aurore, le Citron, le Vulcain, le Paon du jour ou plusieurs piérides blanches.

Le second défi : inventorier les papillons de votre jardin

Ce second défi peut être effectué tous les jours, plutôt l’après-midi, dès que les conditions météo sont favorables. Il s'agit de faire régulièrement (quotidiennement si possible), une liste complète de tous les papillons que vous observez chez vous.

Attention, certaines espèces ne sont pas faciles à déterminer. En cas de doute, privilégier la saisie d’un genre plutôt que d’une espèce : Pieris indéterminé par exemple.

Ce défi exploratoire, concocté avec les conseils des spécialistes de VigieNature CESCO/MNHN, se fait selon deux modes opératoires : 

- petit jardin (< 2.000 m2) : installez-vous en poste fixe durant 10 minutes. Pour chaque papillon observé dans un rayon de 5 mètres autour de vous, notez l'espèce et l'effectif. 

- grand jardin : effectuez un parcours de 10 minutes et notez tous les papillons observés sur une bande d’environ 2,5 m de large de part et d’autre de votre cheminement. Peu importe la distance parcourue.

Dans les deux cas, vous pourrez utiliser l’application Naturalist (Androïd), en mode Saisie par liste sur le terrain :

  1. Cliquer en bas à droite sur "+" ;
  2. Choisir la saisie "par liste sur le terrain" ;
  3. Dans le champ commentaire du formulaire, notez si des buddleias ou des lavandes sont fleuries dans votre jardin.
  4. Cochez « Enregistrer la trace » ;
  5. Puis, "Suivant".
  6. Renseigner le code etude "[ACasa] Confinés mais aux aguets"

La carte s’affiche alors et vous pouvez commencer à saisir vos observations. En saisissant un papillon comme première espèce d’une liste, tout le formulaire sera consacré aux papillons. Toute autre espèce pourra être saisie, mais hors liste.

IMPORTANT : si vous n’avez observé aucune espèce au bout de 10 minutes :

  • Terminez le formulaire en cliquant sur le carré (en haut à droite) ;
  • Dans "Groupe taxonomique", sélectionnez "Papillons de jour" ;
  • Cliquez sur "J’ai signalé toutes les espèces observées" ;

Une donnée « 0 No lepidoptera » s’affichera sur l’écran, indiquant qu'aucune espèce n'a été observée durant la période de relevé. Ces données d’absence sont ESSENTIELLES aux analyse à venir.

Remarque : en cas de liste vide, il est nécessaire de revenir sur la donnée vide (modifier la donnée) pour attribuer le code étude à votre formulaire.

Belles observations à tous.

Pour en savoir plus sur NaturaList, cliquez << ici >>.

Légende de l'image : Aurore, individu mâle. © Rik Kruit - Saxifraga.

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 19 mars 2020
Oiseaux
Confinés mais aux aguets - Premier défi : l'inventaire complet des oiseaux de chez vous

Les contraintes de confinement nous obligent à limiter les déplacements. Le réseau Faune-France auquel particpe Faune Limousin vous propose donc de transformer votre lieu de résidence en observatoire de la faune sauvage. Combien d’espèces allez-vous pouvoir observer de chez vous ?

Côté oiseaux, des millions de migrateurs passent en ce moment au-dessus de nos têtes. Il suffit de lever les yeux pour faire de superbes observations. C’est aussi l’occasion de dresser l’inventaire de tous les oiseaux nicheurs visibles de chez vous.

Pour le reste de la faune, nous vous proposerons, durant les prochaines semaines, des recherches ciblées. Il s’agira de trouver une série d’espèces anthropophiles et d’en dresser, tous ensemble, la carte de répartition nationale.

Le premier défi : l'inventaire complet des oiseaux de chez vous

Ce premier défi n’est pas très compliqué et peut être effectué tous les jours. Il s'agit de faire, le plus fréquemment et régulièrement possible, une liste complète de tous les oiseaux que vous observez de chez vous sous forme de :

- de formulaires Oiseaux des jardins, et dans ce cas pas besoin de code. Si votre inventaire est complet, il est possible de l'indiquer en éditant une donnée du relevé, puis en faisant "Modifier formulaire" et enfin en cliquant sur "Toutes les espèces vues ont été signalées".

- de listes de 5 minutes, intégrant le programme EPOC. Dans ce cas, merci d'inscrire "EPOC" en commentaire de la liste et de bien sélectionner le code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets" ; vous pouvez faire autant d'EPOC que vous voulez.

- de listes complètes plus longues, idéalement de 20 minutes au maximum, avec là encore la sélection du code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets".

A partir de ces informations, nous calculerons combien d'espèces d'oiseaux peuvent être inventoriées en France, durant la période de confinement, sans quitter nos domiciles ? Quel sera le maximum en une seule journée ? Combien de données et de listes auront été collectées ? Où est le meilleur spot d'observation ? Il ne fait aucun doute que toutes ces informations amélioreront par ailleurs notre connaissance du calendrier de migration et de reproduction de nombreuses espèces.

Ce programme étant par ailleurs européen, nous pourrons comparer nos résultats avec les pays voisins.

Comment trouver les codes études ?

Sur Faune-Limousin et Faune-France, il est demandé sur la première page, avant de lister les espèces :

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Web.JPG

Sur NaturaList le Code étude est demandé à la fin du relevé.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/NaturaList.jpg

Pour savoir comment faire des listes complètes :

- Sur Faune-Limousin ou sur Faune-France ;

- Sur NaturaList en positionnant chaque oiseau, idéal pour les EPOC ;

- Sur NaturaList en listant toutes les espèces détectées, idéal pour les listes de plus de 10 minutes.

 

Légende de l'image : Moineau domestique mâle. © Ph. Jourde

posté par Gmhl Admin
 
lundi 9 mars 2020
Oiseaux
La "fracture territoriale" version ornithologie limousine

Toutes les communes ne sont pas égales en termes d'intensité des prospections naturalistes, et notamment ornithologiques. Afin de prospecter au mieux l’ensemble du territoire limousin, vous trouverez dans le tableau ci-joint la liste des communes pour lesquelles aucune observation n’a été réalisée depuis le début de l’année 2020 (tableau en date du 8 février).

Nous vous incitons donc, dans la mesure de vos possibilités, à partir à la découverte des richesses naturalistes de ces communes et à nous faire part de vos découvertes grâce à Faune Limousin.

posté par Anthony Virondeau
 
jeudi 20 février 2020
Oiseaux
Suivi des colonies d'ardéidés en Limousin

Voici un petit résumé sur les colonies d’ardéidés en 2019, avec dans le fichier joint des tableaux reprenant quelques données liées à la reproduction depuis 2018 (année de reprise du suivi de ces colonies).

Parmi les espèces nicheuses, la plus commune est de loin le Héron cendré. La progression sensible du nombre de nids occupés en 2019 par rapport à 2018 (surtout en Haute-Vienne) est principalement liée à un effort de prospection plus important, qu’à une augmentation réelle des effectifs.

Comme en 2018, la héronnière de l'étang de la Pouge à Saint-Auvent en Haute-Vienne, suivie par Xavier Million, reste en 2019 la plus importante connue en Limousin avec 71 nids occupés (62 en 2018).

Mis à part quelques cas de nidification ponctuelle en Limousin, les autres colonies d’ardéidés (Héron pourpré, Aigrette garzette, Héron garde-bœufs et Bihoreau gris) sont présentes depuis de nombreuses années maintenant sur le site de la réserve naturelle nationale de l’étang de Landes à Lussat (23). Or en 2019, suite à la sécheresse printanière exceptionnelle, le niveau d’eau de la réserve a été tellement bas que les colonies se sont délocalisées sur l’étang de la Bastide situé également sur la commune de Lussat, à moins d’un kilomètre (à vol d’oiseau) de l’étang de Landes. Ce déplacement forcé a eu lieu en pleine période de reproduction et a surtout impacté la colonie de hérons cendrés. Des jeunes de cette espèce étaient nés avant l'abandon de la colonie, mais il n'y a aucune observation confirmant l'élevage à terme d'au moins un jeune. Il est donc probable qu’en 2019 aucune espèce d’ardéidé ne se soit reproduite sur la réserve.

Par contre cette délocalisation a nettement profité au Bihoreau gris et dans une moindre mesure au Héron garde-bœufs. Difficile de dire qu’elle en est , ou quelles en sont les raisons (conditions d’observations plus faciles, site plus favorable pour ces espèces etc.). Il sera intéressant de voir en 2020 sur quel étang toutes ces espèces vont nicher, en espérant ne pas avoir les mêmes conditions météorologiques qu’en 2019 !

Peut-être qu’en 2020 il y aura une nouvelle espèce nicheuse. On pourrait espérer le retour du Blongios nain ou du Butor étoilé, ou une première pour la Grande Aigrette ou le Crabier chevelu. Ces 4 espèces nichant en Brenne dans le département voisin de l’Indre.

Il reste des colonies qui ne sont pas suivies, ou pas régulièrement. Si vous êtes intéressé par cette enquête n’hésitez pas à m’envoyer un mail à philippe.hubert@numericable.com , je vous indiquerais quelle est la colonie la plus proche de chez vous ainsi que le protocole de suivi et comment saisir vos observations sur Faune Limousin.

Philippe HUBERT, coordinateur ardéidés LPO Limousin. (photo : Héron cendré, © A. VIRONDEAU)

Document à télécharger :  Ardaidas_2019_Limousin-5503.pdf
posté par Anthony Virondeau
 
mardi 18 février 2020
Oiseaux
Enquête Moineau friquet 2020

Un Moineau menacé d’extinction ! On a du mal à le croire, et pourtant c’est bien le cas. Naguère commun dans les zones agricoles pas trop élevées, le Moineau friquet est aujourd’hui de plus en plus rare dans notre pays. Aux quatre coins de la France, les ornithologues constatent l’effondrement de populations autrefois florissantes sans vraiment parvenir à y croire et encore moins à l'expliquer précisément. 

En Limousin, le Moineau friquet est devenu l’un des oiseaux nicheurs les plus rares en l’espace de quelques décennies seulement. Néanmoins, les connaissances sur sa répartition régionale sont encore lacunaires, de sorte que la (re)découverte de colonies « rescapées » n'est peut-être pas utopique.

Afin de pouvoir engager des actions de conservation ciblées en faveur du Moineau friquet, la LPO Limousin a décidé d’initier une enquête en 2020 avec pour objectif d’inventorier un maximum de sites de reproduction du Moineau friquet en Limousin en se basant sur ceux ayant historiquement fourni des preuves de la nidification de cette espèce. Pour plus d'informations sur l'enquête, vous pouvez consulter ou télécharger le fichier joint.

Légende et crédit photo : Moineau friquet en période internuptiale © Jean-Michel Bigaud

Document à télécharger :  Présentation enquête Friquet 2020
posté par Anthony Virondeau
 
lundi 10 février 2020
Mammifères
Collecte d'échantillons de loutres mortes par le GMHL

Dans le cadre du Plan Régional d'Actions en faveur de la Loutre d'Europe, le GMHL collecte des prélèvements ADN sur les loutres trouvées mortes. Cela permet de mieux connaître l'historique de la recolonisation, la dynamique des populations et d'autres phénomènes.

En cas de découverte d'un cadavre de loutre, merci de bien vouloir contacter de GMHL afin qu'un prélèvement puisse être effectué le plus rapidement possible avant que l'ADN ne soit trop dégradé.

Contacts : 05 55 32 43 73 / gmhl@gmhl.asso.fr

Merci à tous.

posté par Gmhl Admin
 
mercredi 5 février 2020
Oiseaux
Grues et autres migrateurs prénuptiaux

La fin de l'hiver approche, et la migration prénuptiale s'amorce. Déjà ce samedi 1er février, un premier passage sensible de grues cendrées a traversé la Haute-Vienne et la Creuse. Retrouvez la localisation des données pour cette espèce dans les cartes temporaires, sur la colonne de gauche de votre page d'accueil (et d'autres cartes concernant diverses espèces).

Concernant les observations de migrateurs, toutes vos données sont précieuses ! Nous vous recommandons d'utiliser les listes, qui permettent de renseigner toutes les espèces observées pendant un intervalle de temps. Pour chaque espèce migratrice, n'oubliez pas de préciser le comportement "migration active" et la direction des vols. Pour les données saisies hors liste, il convient de mentionner l'heure d'observation (en écrivant à droite de la date : espace HH:MM, ou en cliquant sur la calendrier) et de cocher la case "migration active" (toujours en mentionnant la direction des vols). Merci pour votre participation à Faune Limousin. 

Photo : grues cendrées survolant le fameux site de Flavignac (© A. Virondeau)

posté par Anthony Virondeau
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 133

GMHL, LPO Limousin, SLO, SEL, SLEM, CEN Nouvelle-Aquitaine - Collectif Faune Limousin
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020