www.faune-limousin.eu
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Busard Saint-Martin 2022
       - 
Élanion blanc 2022
       - 
Héron garde-boeufs 2022
       - 
Moineau soulcie 2022
       - 
Fauvette pitchou 2022
       - 
Chat forestier 20-23
       - 
Genette commune 20-23
       - 
Hermine 20-22
       - 
Muscardin 20-23
       - 
Salamandre tachetée 20-23
       - 
Brunette hivernale 20-23
       - 
Thècle (Thécla) du bouleau 20-23
       - 
Aïolope automnale 20-23
       - 
Criquet noir-ébène 20-22
       - 
Escargot de Bourgogne 20-23
 - 
Les galeries photos
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et codes atlas
    - 
la Foire Aux Questions
    - 
Manuel d'utilisation
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Utilisation de Faune-Limousin
 - 
Manuel d'utilisation
 - 
Application NaturaList
 - 
Vidéos tutos
 - 
Code de déontologie et de gestion
 - 
Autres sites de partage des observations
Documentation et identification
 - 
Oiseaux
 - 
EPOPS
 - 
Insectes
 - 
Libellules et demoiselles
 - 
Mollusques
 - 
Araignées
 - 
Crustacés
 - 
Rencontres Faune Limousin
 - 
Atlas des mammifères, reptiles et amphibiens
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 179
 
samedi 19 novembre 2022
Soutenez la thèse d'Hazal en contribuant à une enquête sur Faune-France !

Il y a un an, Faune-France vous avait proposé de soutenir la thèse d'Hazal Baytok, qui mène un passionnant travail de recherche en sociologie sur les sciences participatives. Nous vous invitons aujourd'hui à contribuer massivement au second volet de son projet en remplissant un formulaire d'enquête anonyme relatif à votre passion pour la nature et à votre usage de Faune-France et de ses bases partenaires, dont Faune Limousin.

Dans le cadre de sa thèse de doctorat à l’Université Paris-Saclay, Hazal Baytok étudie les motivations des utilisateurs de plateformes de science citoyenne (en l'occurence Faune-France et eBird-Turquie). Il s'agit d'analyser comment les portails d’observation des oiseaux sont utilisées, ainsi que les liens entre ces usages et les motivations des utilisateurs.

Faune-France vous invite donc chaleureusement à soutenir de nouveau le travail d'Hazal en remplissant ce questionnaire : https://telecombs.fra1.qualtrics.com/jfe/form/SV_b9Mi6ofMEcnZSdM


Nous vous remercions de consacrer quelques minutes pour y répondre afin que les résultats intègrent au mieux votre perception des choses. Merci aussi de vous faire l'échos de cette enquête auprès des autres utilisateurs des outils VisioNature de votre connaissance.

IMPORTANT : vos réponses sont totalement confidentielles, anonymes, et seront exclusivement analysées par les chercheurs du projet. Elles seront uniquement traitées à des fins scientifiques, et les résultats de notre étude seront utiles à Faune-France et d’autres acteurs des sciences citoyennes et seront partagés avec la communauté Faune-France.

N’hésitez pas à contacter Hazal pour tout éventuel complément d'information : hazal.baytok@imt-bs.eu

Équipe du projet : Hazal BAYTOK (Université Paris-Saclay), Muge OZMAN (Institut Mines-Télécom Business School), Nicolas JULLIEN (IMT Atlantique).

Légende de la photo : Hazal vous remercie chaleureusement de contribuer à sa thèse et se réjouit déjà d'analyser toutes vos réponses à son enquête !

 

 

posté par Anthony Virondeau
 
mercredi 14 septembre 2022
Parution de l'EPOPS n°97

EPOPS, votre revue, celle de tous les naturalistes du Limousin, est de retour avec son opus 97. 

Voici son sommaire :

. Bilan de suivi d’une population de Pie-grièche écorcheur dans un bocage haut-viennois : techniques de capture, marquage coloré, mesures morphologiques, biométrie, dispersion natale…

. Suivi des Hirondelles de fenêtre d’Argentat-sur-Dordogne en 2020 et 2021 : inventaire des nids, répartition, vulnérabilité…

. Reproduction 2021 des Hirondelles de rivage à la carrière des Séguines : historique, protocole de suivi, nombre de couples nicheurs et perspectives.

. Première mention creusoise et régionale du Bruant lapon : récit de l’observation, identification et statut de l’espèce.

. Leucisme observé sur des Merles noirs corréziens : de l’oiseau à la génétique.

. Rubrique « lu pour vous » : Atlas du GMHL et le Guide d’identification des Passereaux d’Europe en vol.

Vous aussi, vous désirez partager une observation originale, faire part d’un suivi naturaliste ? EPOPS est là pour vous accompagner. Nul besoin d’être un spécialiste pour prendre la plume. EPOPS, c’est d’abord le plaisir de partager.

Bonne lecture.

Le comité de rédaction d'EPOPS - LPO Limousin

Document à télécharger :  Epops 97 à télécharger
posté par Anthony Virondeau
 
mercredi 31 août 2022
Merci à tous les contributeurs : 100 millions de données sur Faune-France

Nés à l’initiative des associations de protection de la nature il y a près de 15 ans, les premiers portails de science participative régionaux ont permis de démultiplier l’implication bénévole en faveur de la connaissance et la préservation de la biodiversité.

 

En 2017, la démarche Faune-France a fédéré ces initiatives locales dans une approche nationale, qui couvre désormais métropole et outremer, et mobilise plus 160 000 observateurs autour d’un ambitieux projet d’inventaire, de cartographie et de dénombrement des espèces animales françaises. De nombreux outils pour favoriser la collecte des données ont été développés, dont l’appli mobile NaturaList, qui permet d’enregistrer ses observations ou de contribuer aux enquêtes nationales directement sur le terrain.

 

Le Collectif Faune-Limousin est partie prenante de cette démarche associative nationale. En nous faisant part de vos observations sur Faune-Limousin, vous contribuez activement à l’amélioration de la connaissance de biodiversité et sa prise en compte.

 

Le portail Faune-France permet aujourd’hui d’explorer plus de 100 millions d’observations et une galerie riche de plus 4 millions de photographies et d’enregistrements sonores. Toutes ces informations sont vérifiées par un réseau de 1 200 spécialistes, qui garantit la robustesse des identifications proposées et accompagne les observateurs dans leurs démarches d’inventaire.

 

Au-delà des restitutions proposées sur Faune-France, cartes, graphiques de présence, synthèses d’enquêtes, etc., les données collectées contribuent quotidiennement à la préservation de la biodiversité aux plans régional, national et européen. Elles renforcent l’expertise unique du monde associatif en matière de connaissance de la nature et favorise la mise en place d’actions de protections concrètes et efficaces.

 

Faune-France contribue par ailleurs aux politiques environnementales publiques et à leur évaluation. Elle encourage aussi la recherche en mettant à disposition un jeu de données robuste et sans équivalent.

 

Les chiffres clé :

- un portail national et près de 40 portails animés par les acteurs locaux en métropole et en outremer (Faune-Ile-de-France, Faune-Bretagne, Faune-PACA, Faune-Guyane…) ;

- 160 000 inscrits ;

- 1,7 millions d’heures bénévoles consacrées à la collecte et la validation des observations, soit l’équivalent 1 100 personnes à temps plein ;

- 110 millions d’observations collectées sur près de 30 groupes faunistiques.

 

Que tous ceux qui contribuent à cette belle aventure, observateurs, validateurs, administrateurs, partenaires associatifs, ainsi que toute l'équipe de Biolovision, soient ici chaleureusement remerciés.

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/fonctionnementFL/100millionsDonnesFF.JPG

posté par Gmhl Admin
 
lundi 20 juin 2022
Papillons de jour
Atlas des papillons de jour – Deux espèces à rechercher : le Grand Sylvain et la Bacchante

Atlas des papillons de jour – Deux espèces à rechercher

Limenitis populi (le Grand Sylvain)& Lopinga achine (La Bacchante)

 

 

Limenitis populi (Linnaeus, 1758), le Grand Sylvain

Le Grand Sylvain est présent sur une grande partie de la France, généralement jusqu’à 1600 mètres, parfois jusqu’à 2000 mètres. Il fréquente les lisières, les clairières et les chemins forestiers des bois de feuillus et mixtes. Il vole également dans les ripisylves et dans les milieux bocagers où pousse sa plante-hôte principale, le Tremble (Populus tremula).  Ses bonnes capacités de planeur, ses mœurs arboricoles et sa faible abondance en font une espèce difficile à observer. D’une envergure moyenne de 75 mm, c’est le plus grand papillon de notre région.  Les femelles peuvent mesurer jusqu’à 90 mm !

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/photo1limpoppierrecorradini.jpeg

Limenitis populi (Linnaeus, 1758) – photo Pierre Corradini

 

Ces dernières décennies, il a régressé sur l’ensemble de son aire de répartition, notamment dans les zones de plaines. Les principaux noyaux de population restants sont localisés en Lorraine, dans les Alpes, en Auvergne et en Limousin.  Dans notre région, l’espèce est présente sur les trois départements mais elle semble de plus en plus localisée.

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/carto1limpop.jpg

Carte de répartition de Limenitis populi (Linnaeus, 1758) en Limousin

 

Plusieurs causes ont concouru à la contraction de son aire de distribution et à sa raréfaction :

-        D’affinité climatique froide, l’espèce souffre du changement climatique : une étude récente a montré qu’au cours des 58 dernières années l’aire de répartition de l’espèce s’est contractée en plaine avec une remontée altitudinale de la distribution des populations de 321,9 mètres.

-        Le Tremble a connu une forte régression dans les forêts françaises en raison de l’intensification de la gestion des forêts qui s’est accompagnée du nettoyage quasi-systématique des lisières et de l’élimination de cette essence de faible intérêt sylvicole.

 

Comment reconnaitre et rechercher l’espèce ?

Le dessus des ailes est noirâtre : les ailes antérieures sont ornées de taches blanches et les postérieures sont caractérisées par une bande blanche et une série de marques rouge orangé qui n’est pas présente chez les autres sylvains. Le dessous est fauve : les ailes postérieures possèdent dans la moitié distale une large bande blanche et une série de points noirs. Les femelles, de taille plus grande que les mâles, présentent une bande blanche plus large.

Attention aux confusions avec les autres grandes espèces, notamment Apatura iris (Linnaeus, 1758), le Grand Mars changeant) et Apatura ilia (Denis & Schiffermüller, 1775), le Petit Mars changeant) !

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/photo2limpoppierrecorradini.jpeg

Limenitis populi (Linnaeus, 1758) – photo Pierre Corradini

 

L’espèce est à rechercher de mi-juin à mi-août, avec une période optimale, autour de son pic de vol, pendant la première quinzaine de juillet.

Les mâles, plus faciles à observer que les femelles, descendent au sol de préférence le matin ou l’après-midi par temps orageux.

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/photos3limpoppierrecorradini.JPG

De haut en bas : jeunes chenilles – hibernaculum - photos Pascal Deschamps

 

En été, dès début août, la recherche des feuilles rongées par les chenilles est une méthode efficace pour détecter l’espèce. La ponte se fait essentiellement dans des secteurs frais et humides, entre 1,5m et 3m, sur la face supérieure des feuilles des pousses de l’année. La femelle choisit de préférence des rameaux saillants, surplombant directement le sol.

Pensez à lever les yeux lors de vos prospections !

 

 

Lopinga achine (La Bacchante)

Classée vulnérable sur la liste rouge européenne, Lopinga achine (Scopoli, 1763), la Bacchante, est l’un des papillons qui a le plus régressé en Europe au cours du siècle dernier. L’espèce a notamment disparu de Belgique, du Luxembourg et de nombreux départements français (région parisienne, Picardie, Normandie). Elle est inscrite à l’annexe IV de la directive Habitats Faune Flore et bénéficie d’un statut de protection national. Depuis une vingtaine d’années, elle a été découverte ou redécouverte dans plusieurs départements. Inféodée aux milieux forestiers, l’extension de son aire de répartition est sans doute favorisée par la déprise agricole et la dynamique de progression des boisements.

La première observation limousine de l’espèce a été réalisée en 2002 sur le causse corrézien. Ce secteur abrite les quatre seuls noyaux de populations connus à ce jour sur notre territoire.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/photo4lopachPascalDeschamps.jpg

Lopinga achine (Scopoli, 1763) – photo Pascal Deschamps

 

Comment reconnaitre et rechercher l’espèce ?

Lopinga achine est facilement identifiable grâce à de gros ocelles noirs cerclés de jaune et de marron jouxtant une bande blanche au revers des ailes postérieures.

 

Elle est à rechercher de début juin à mi-juillet sur le causse corrézien, dans des chênaies-charmaies claires à strates herbacées bien développées, composées de ses plantes-hôtes, des graminées (Brachypodium sp.,Carex sp.).

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articleLimpopetLopach2022/carto2lopach.jpg

Carte de répartition de Lopinga achine (Scopoli, 1763) en Limousin

 

L’étude menée sur l’espèce en 2016 et 2017 par la SEL a montré que sa détectabilité est optimum par temps ensoleillé et chaud quand la température est de 30°C. En dessous de
25°C les imagos restent dans les frondaisons des arbres tandis que, par fortes chaleurs, au-dessus de 35°C, ils se posent ailes fermées sur les troncs. La couleur mimétique du revers de leurs ailes les rend alors difficilement détectables.

 

L’abandon des pratiques de sylviculture extensive (gestion en taillis sous futaie) au profit d’une sylviculture intensive induit une densification du couvert forestier et une homogénéisation des strates de végétation qui sont néfastes au maintien des populations. L’absence d’entretien de ses habitats est préjudiciable car elle entraine leur fermeture.

En Corrèze, la présence d’habitats favorables à proximité des populations connues laisse supposer que certaines stations restent sans doute à découvrir. Dans le cadre de l’atlas, nous cherchons à préciser son aire de distribution.

 

Articles rédigés par Gwladys Tzvetan

Publié par Gaëlle Guyon

guyon.selweb@gmail.com

 

Bibliographie –Limenitis populi

DELMAS (S.), DESCHAMPS (P.), SIBERT (J.-M.), CHABROL (L.) & ROUGERIE (R.), 2000. – Guide écologique des Papillons du Limousin, Lépidoptères Rhopalocères, 416 pages. Société Entomologique du Limousin édit., Limoges. 

LAFRANCHIS (T.), JUTZELER (D.), GUILLOSSON (J.-L.), KAN (P.) & (B.), 2015. – La Vie des Papillons. Ecologie, Biologie et Comportement des Rhopalocères de France. Diatheo (2015). 754 pages.

CORRADINI (P.), 2014. – Mise au point sur la répartition de Limenitis populi (Linnaeus, 1759) en Limousin et état des connaissances sur son écologie (Lep. Nymphalidae). Oreina, 28 : 9-14.

PELOUARD, Y. P. (s. d.). – Note sur l’évolution larvaire de Limenitis populi. European Lépidoptères. Consulté le 22 décembre 2020, à l’adresse http://www.european-lepidopteres.fr/Nymphalidae-En-savoir-plus.html

 

Bibliographie – Lopinga achine

CHAMBORD R. (2017). – Amélioration de la connaissance de la répartition de Lopinga achine dans le département de la Corrèze. 2nde année. Société Entomologique du Limousin pour la DREAL Nouvelle-Aquitaine. 12 pages.

CORRADINI P. (2014). – Découverte de Lopinga achine (Scopoli, 1763) dans le département de la Corrèze : état des connaissances sur son écologie et hypothèses de colonisation. Alexanor, 27 (1), 2015 : 11-21.

LAFRANCHIS T. (2000). – Les Papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles. Biotope, Mèze, Collection Parthénope. 448 pages.

MERLET F.,HOUARD X. (2012). –  Synthèse bibliographique sur les traits de vie de la Bacchante (Lopinga achine (Scopoli, 1763)) relatifs à ses déplacements et à ses besoins de continuités écologiques. Office pour les insectes et leur environnement et Service du patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle. Paris. 9 pages.

RYELANDT J. (2016). – Fiche technique d'aide à la gestion et à l'entretien des biotopes de la bacchante Lopinga achine (Scopoli, 1763). CBNFC-ORI. 8 pages.


 

posté par Gmhl Admin
 
lundi 30 mai 2022
Papillons de jour
Atlas des papillons de jour – Les Pyrgus

Dans le cadre du projet d’atlas, préciser la répartition des espèces appartenant au genre Pyrgus représente un des enjeux majeurs de cette année. Nos connaissances sur ce groupe sont lacunaires car le nombre de données fiables en base est faible et les cartes de distributions actuelles ne sont pas représentatives des aires de distribution réelles. Ces lacunes s’expliquent par la difficulté d’identifier ces espèces sur la base de critères morphologiques en raison de leur ressemblance interspécifique et de leur variabilité intra spécifique. L’identification à vue est incertaine et l’examen des pièces génitales sous loupe binoculaire est indispensable pour déterminer avec certitude une espèce.

Pour la seconde année consécutive, nous lançons un appel à la collecte de spécimens afin d’affiner les connaissances sur la répartition de ces espèces.

 

Quelle est l’écologie de ces espèces ?

En Limousin ce groupe est représenté par 6 espèces. Les Pyrgus fréquentent les milieux ouverts tels que les prairies, les pelouses, friches herbeuses, les landes... Les adultes sont floricoles et butinent des fleurs diversifiées de scabieuses, centaurées, labiées.  Les chenilles se développent sur des plantes de la famille des Rosacées tels que les Potentilles (Potentilla sp). Seule exception à la règle, Pyrgus alveus(l’Hesperie du Faux Buis) pond sur les Cistacées (Helianthemum sp.). Sa principale plante-hôte est l’Hélianthème vulgaire (Helianthemum vulgare). Chaque chenille se construit un abri à partir d’une feuille repliée avec de la soie, ou de plusieurs folioles dans le cas de Pyrgus malvae(l’Hespérie de la Mauve). Après chaque mue un nouvel abri est construit.

Pyrgus malvae(l’Hespérie de la Mauve), plus précoce, émerge dès mars et vole jusqu’à août en deux générations annuelles. Assez commun et répandu, c’est un des Pyrgus les mieux représentés en Limousin. Les milieux fréquentés sont diversifiés et incluent également les lisières bien ensoleillées.

Seconde espèce la plus commune, Pyrgus armoricanus(l’Hespérie des Potentilles) vole en 2 à 3 générations. Des pics d’abondance peuvent être observés en septembre lorsque la fin de saison est chaude.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/1PyrgusarmoricanusphotoBernardDuprez.jpg

Pyrgus armoricanus– photo Bernard Duprez

 

Rares et localisées, Pyrgus serratulae(l’Hespérie de l’Alchémille) et Pyrgus alveus(l’Hespérie du Faux Buis)volent en une seule génération annuelle de juin à août. Le nombre de données récentes est faible et leurs aires de distribution sont peut-être sous-estimées.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/2PyrgusserratulaephotoJulienBarataud.jpg

Pyrgus serratulae– photo Julien Barataud

 

Les deux dernières espèces sont cantonnées au secteur du causse corrézien au sein duquel elles fréquentent les prairies et les pelouses sèches calcicoles ; il s’agit de Pyrgus carthami(l’Hespérie du Carthame)et de Pyrgus cirsii(l’Hespérie des Cirses). Cette dernière est très rare en Limousin avec seulement 3 données après 2000.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/3PyrguscarthamiphotoPierreCorradini.jpg

Pyrgus carthami– photo Pierre Corradini

 

 

Quel est le bilan de la collecte de 2020 et 2021 ?

Ce sont 16 Pyrgus ont été collectés en 2020, 3 étaient issus de collection et 13 ont été capturés sur le terrain par la SEL et par ses adhérentes et adhérents.

En 2021, ce sont 25 nouvelles données concernant les Pyrgus qui ont pu s’ajouter aux données déjà existantes.

L’examen des génitalia a permis de préciser la carte de distribution de Pyrgus armoricanus(l’Hespérie des Potentilles) : 12 des spécimens collectés en 2020 concernaient l’espèce qui a ainsi pu être détectée sur 10 nouvelles mailles. Actuellement elle est connue sur 9 % du nombre total de mailles mais sa forte proportion parmi les spécimens collectés et la distribution dispersée des données sur l’ensemble de la région suggèrent que sa répartition réelle est plus étendue que sa répartition connue.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/4carteP.armoricanus.jpg

Grâce à la collecte de spécimens, la présence de Pyrgus alveus(l’Hespérie du Faux Buis) en Creuse a pu être confirmée avec certitude. La dernière donnée valide remontait à 1959.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/5carteP.alveolus.jpg

Parmi les Pyrgus qui étaient en collection, l’examen des genitalia a permis de corriger une erreur d'identification faite par un Lépidoptériste confirmé. Ce qui démontre la nécessité de procéder à l’examen des pièces génitales.

 

Comment les reconnaitre et les rechercher ?

Les Pyrgus possèdent des critères caractéristiques qui sont communs à la famille des hespéries et qui rappellent la morphologie des papillons de nuit. La tête est massive et les antennes, écartées à la base, se terminent en massue. Les hespéries possèdent des muscles thoraciques très développés qui leurs permettent de battre des ailes plus vite que les autres rhopalocères.

Plusieurs critères permettent de les différencier des autres hespéries. Le revers des ailes est vert-jaunâtre à brun avec des taches blanches.  Le dessus est sombre et les ailes antérieures possèdent 3 taches blanches alignées et 2 taches blanches décalées vers la marge (cf. photo).

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/6critresidentificationPyrgus.jpg

Il est possible de confondre les Pyrgus avec Spiala sertorius (l’Hespérie des Sanguisorbes)qui n’appartient pas au genre Pyrgus et qui s’en différencie morphologiquement par la présence de4 taches blanches alignées sur le dessus de ses ailes antérieures, au lieu de 3 chez les Pyrgus, et d’une rangée de taches submarginales blanches marquées sur le dessus des ailes. Uniquement présent dans le sud-ouest et dans l’est de la Corrèze.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/7Spialasertorius-photoJulienBarataudred.jpg

Spiala sertorius, à ne pas confondre avec les Pyrgus– photo Julien Barataud

 

Leur petite taille, leurs mœurs discrètes et leur faible abondance font des Pyrgus des espèces parfois difficiles à détecter sur le terrain. Il est conseillé de les chercher plutôt lematin ou en fin de journée, périodes où elles sont le plus visibles.

Le tableau ci-dessous liste les périodes de vol des différentes espèces présentes en Limousin.

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/articlePyrgus2022/8tabpriodesvolPyrgus.jpg

 

Cette année est la dernière consacrée au projet d’atlas. La collecte de spécimens durant cette saison de terrain est donc importante. L’objectif est d’affiner les cartes de répartition mais aussi d’évaluer les enjeux de conservation inhérents à ces espèces. Bien sûr, le prélèvement d’individus doit être effectué avec parcimonie ; pas plus de 2 individus prélevés par site. Nous collecterons les spécimens prélevés en fin de saison afin de procéder à leur identification.

 

Bonnes prospections !

 

Article rédigé par Gwladys Tzvetan

Publié par Gaëlle Guyon

guyon.selweb@gmail.com

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 5 mai 2022
Papillons de jour
L’Atlas des papillons de jour en Limousin entre dans sa troisième et dernière saison de prospections !

Vous avez certainement croisé Gwladys TZVETAN sur le terrain ou lors des rencontres Faune-Limousin d’octobre 2021. Je suis Gaëlle GUYON, chargée de projets à la SEL, et je prends la suite de Gwladys, notamment, sur la finalisation de l’Atlas des papillons de jour.

Pour un rapide bilan d’avancement de l’atlas, sachez que :

  - Ce sont plus de 78 700 données collectées sur le terrain depuis la publication du Guide écologique des Papillons du Limousin (DELMAS sylvain, DESCHAMPS Pascal, SIBERT Jean-Marie, CHABROL Laurent et ROUGERIE Rodolphe, 2000.) ;

  - Dont plus de 61 800 données saisies dans Faune-Limousin…

  - Et plus de 37 900 données saisies uniquement sur les années 2020 et 2021 !

Nous tenons à vous remercier de vous être massivement mobilisés pour participer à cet atlas et nous espérons que l’année 2022 aura le même succès.

 

En cette ultime année, l’accent est mis à la fois sur les espèces et sur les mailles sous-prospectées.

Des compléments d’inventaires restent à conduire pour des espèces en particulier. En effet, pour certaines d’entre elles, l’état de connaissance de l’aire actuelle de distribution en Limousin est trop lacunaire. Sont ainsi concernées : Fabricianna niobe (le Chiffre), Hipparchia genava (le Sylvandre helvète), Lycaena alciphron (le Cuivré flamboyant),Lycaena hipppothoe (le Cuivré écarlate)et Lycaena virgaureae (le Cuivré de la Verge-d’or) mais aussi Hipparchia statilinus (le Faune), Limenitis populi (le Grand Sylvain) ou encore Lopinga achine (la Bacchante), Chazara briseis (l’Hermite) etPolyommatus dorylas (l’Azuré du Mélilot).

Les espèces du genre Pyrgus sont également toujours vivement recherchées. Nous aurons l’occasion de détailler cela très prochainement dans d’autres actualités.

A ce jour, il y a 57 mailles qui présentent plus de 400 données, objectif fixé lors du lancement de l’Atlas. Mais concernant les mailles sous-prospectées, ce sont encore 94 mailles qui présentent moins de 200 données et 112 mailles dans lesquelles moins de 50 espèces ont été identifiées. En croisant ces deux informations, ce sont 88 mailles qui présentent actuellement un déficit de données et d’espèces. Les prospections ne sont donc pas encore terminées !

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/moinsde200donnes.jpeg

Carte présentant les 94 mailles sur lesquelles il y a moins de 200 données

 

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/moinsde50sp.jpeg

Carte indiquant les 112 mailles sur lesquelles moins de 50 espèces sont connues sur la période de l'atlas

 

Evolution des classes de nombre d'espèces et de nombre de données :

https://cdnfiles1.biolovision.net/www.faune-limousin.eu/userfiles/Papillon/volutiondonnesetespces.JPG

 

Vous retrouverez toutes les informations concernant le détail des mailles sur le site internet de la SEL.

Une de ces mailles vous intéresse car elle se trouve là où vous habitez ? Ou bien c’est un lieu que vous avez envie de prospecter depuis longtemps ? N’hésitez pas à nous en informer : guyon.selweb@gmail.com

Des sorties seront programmées tout au long de la période de terrain qui débute. Très dépendantes des conditions météorologiques, certaines risquent d’être annulées au dernier moment. Les dates seront donc publiées quelques jours avant sur la page Facebook de la SEL pour plus de flexibilité. Je vous invite donc à suivre ou consulter régulièrement la page Facebook de la SEL pour en être informés.

A bientôt et bonnes prospections !

Gaëlle GUYON

Chargée de projets en entomologie

guyon.selweb@gmail.com

 

Photographie : Fabriciana niobe (le Chiffre) – Bernard DUPREZ

posté par Gmhl Admin
 
jeudi 17 mars 2022
Parution de l'EPOPS n°96 !

La migration des Cigognes noires au-dessus du Limousin apporte avec elle deux bonnes nouvelles : l’arrivée du printemps et la sortie d’un nouveau numéro d’EPOPS !

Vous y retrouverez, avec plaisir, le 12ième rapport du CHR (Comité d’Homologation Régional) du Limousin. Les données des oiseaux rares observés en 2020 y sont synthétisées… De quoi rêver à de futures rencontres exceptionnelles !

Puis, vous suivrez les aventures de deux couples (Faucon pèlerin et Grand Corbeau) qui ont jeté leur dévolu sur une même falaise... Pour continuer, découvrez le monde d’un oiseau qu’on entend plus qu’on ne voit : la Bouscarle de Cetti.

Une fois n’est pas coutume, EPOPS s’intéresse au sport : le surf. A vos planches…avec comme professeur un Chevalier guignette ! Enfin, deux analyses bibliographiques vous donneront l’envie d’en savoir plus sur l’Effraie des clochers et les oiseaux marins.

Bonne lecture !         

Document à télécharger :  Epops_96-7412.pdf
posté par Anthony Virondeau
 
mercredi 9 mars 2022
Oiseaux
Participation à l'atlas des oiseaux de France - ODF

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024. Les principaux objectifs de cet atlas sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations (un critère utilisé pour évaluer l’état de conservation des espèces ciblées par la Directive Oiseaux). Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

À l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des observateurs du Limousin sera mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennesLes données collectées sous forme de listes complètes (sur Faune Limousin), plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Plusieurs protocoles spécifiques concernent les oiseaux nicheurs, et sont déclinés ce printemps en Limousin.

Le Muséum, la LPO et l'OFB coordonnent un programme de Suivi Temporel des Oiseaux Communs (programme STOC) conçu pour évaluer les variations spatiales et temporelles de l’abondance des populations nicheuses d’oiseaux communs. Il est basé sur des points d’écoute (le STOC-EPS, Echantillonnages Ponctuels Simples). Une présentation de cette enquête se fera en visio le mercredi 23 mars à 20h.

Lien pour accéder à la réunion : Visio STOC.

Pour participer à l'enquête, vous pouvez contacter le coordinateur limousin Mathieu André (mathieu.andre@lpo.fr, 07 82 81 30 16).

Complémentaire du protocole STOC-EPS, ce protocole a pour objectif l'estimation des effectifs d'oiseaux communs dans toute la France.

Méthodeeffectuer des points d'écoute de 5 minutes, répétés trois fois à la suite au même endroit, trois fois durant le printemps, en identifiant, quantifiant et positionnant chaque contact d'oiseau.
Compétenceidentifier les oiseaux communs à la vue et à l'oreille.
Durée : 2 à 3 h. par passage
Périodicité3 passages, une seule année.
Déployés sur tout le territoire, ces EPOC-ODF sont une déclinaison des EPOC. Le protocole est disponible en cliquant sur les termes Protocole EPOC-ODF ci-dessus. Pour récupérer les cartes, cliquer ici.
Où sont les points d'écoute EPOC-ODF près de chez moi ?  

19- Corrèze :

- Brignac-la-Plaine - Villac
- Meymac
- Ussel
- St-Angel - Maussac
- Bort-les-Orgues - Combret
- St-Salvadour – Orliac-le-Bar
- Naves - Tulle
- Cornil - Aubazines
- Chanteix - Sourzat
- Allassac – St-Pardoux-l’Ortigier

23 - Creuse :

- La Souterraine - Vareilles
- Fursac – St-Priest-la-Feuille
- Crozant - Lafat
- Roches - Marcillat
- Lussat - Gouzon
- Ahun
- St-Maixant – St-Médard-la-Rochette
- La Chapelle-St-Martial – La Pouge
- Auzance - Dontreix


87 - Haute-Vienne

- St-Léger-Magnazeix – Dompierre-les-Eglises
- St-Priest-le-Betoux - Chateauponsac
- St-Junien-les-Combes
- Javerdat - Cieux
- St-Brice/Vienne – Oradour/Glane
- Aixe/Vienne
- Limoges - Isle
- St-Yriex-la-Perche – Le Chalard
- St-Martial-sur-Isop
- Eymoutiers – Nedde
 - La Porcherie – Masseret
 
Si vous souhaitez prospecter un de ces carrés, merci de vous signaler à Philippe Hubert (philippe.hubert@numericable.com)
Vous pouvez saisir vos observations aussi bien sur votre smartphone via l'application naturaliste ou sur Faune France.

Destinée à estimer les populations nicheuses d'Anatidés, limicoles, grèbes et foulques sur le territoire métropolitain, cette enquête menée par la LPO et l'OFB s'appuie sur deux méthodes complémentaires. Les espèces plus rares et plus localisées font l'objet de recherches systématiques afin de réaliser des comptages exhaustifs. Un protocole d'échantillonage par mailles complète le dispositif. Il s'appuie sur 3 passages printaniers (autour du 1er avril, 1er mai et 1er juin), en matinée ou en soirée. Plusieurs mailles peuvent être réalisées lors de la même matinée ou soirée d'inventaire.

Deux formations sur le terrain auront lieu dans le nord de la Haute-Vienne au début du printemps : vendredi 25 mars et mercredi 6 avril. Elles auront pour objectif la formation des observateurs pour cette enquête et la recherche du courlis cendré (challenge sans garantie de résultat !).

Les mailles à prospecter selon le protocole d'échantillonage sont réparties ainsi pour 2022 :

Corrèze : 8 mailles sur 2 secteurs : L'Eglise-aux-bois et Lacelle ; Tarnac et St-Merd-les-Oussines.

Creuse : 1 maille à Mérinchal.

Haute-Vienne : 15 mailles sur 2 secteurs. Sud-est de Limoges : Saint-Paul, St-Bonnet-Briance, La Geneytouse, Roziers-St-Georges, Masléon. Nord-est de Limoges : Rilhac-Rancon, Saint-Priest-Taurion, Ambazac, St-Just-le-Martel, St-Martin-Terressus, Royères

Pour s'inscrire à l'enquête, merci de contacter le coordinateur Anthony Virondeau (anthony.virondeau@lpo.fr, 07 81 59 04 72).

Ce protocole d'échantillonage est basé sur la recherche des rapaces diurnes au sein de carrés échantillons tirés au sort. Il permet de déterminer les tendances des populations des rapaces diurnes les plus communs, espèces nécessitant un protocole spécifique. Les prospections peuvent se faire collectivement, et un salarié LPO réalisera des formations sur le terrain au cours du printemps. Les secteurs de localisation des carrés à prospecter en 2022 sont les suivants.

Corrèze : Saint-Ybard, Saint-Yrieix-le-Déjalat, Soursac, Noailles, Argentat-sur-Dordogne.

Creuse : Azérables, Gouzon, Grand-Bourg, Saint-Maixant, Gentioux-Pigerolles, St-Agnant-près-Crocq.

Haute-Vienne : Châlus, Compreignac, La Jonchère-St-Maurice, St-Amand-Magnazeix, St-Bonnet-de-Bellac.

Si vous souhaitez participer, merci de contacter les coordinateurs : Mathieu André pour la Corrèze (mathieu.andre@lpo.fr, 07 82 81 30 16) et Franck Taboury pour la Creuse et la Haute-Vienne (franck.taboury@lpo.fr, 06 20 82 50 52).

Bonne observations à toutes et à tous.

L'équipe de la LPO Limousin

 

posté par Anthony Virondeau
 
vendredi 4 mars 2022
La Souterraine poursuit la sensibilisation à la biodiversité avec un programme riche dans le cadre de son ABC

La Commune de La Souterraine a lancé depuis fin 2020 en partenariat avec l’OFB (Office Français de la Biodiversité) son Atlas de la Biodiversité Communal. Sensibiliser les différents publics à la connaissance et à la préservation de la biodiversité sont les objectifs majeurs de ce projet. Le fil conducteur : pour protéger et préserver Notre Biodiversité il faut tout d’abord la connaitre.

En 2021, dix-sept animations « grand public » et « scolaires » ont été organisées et qui ont rassemblé plus de 300 scolaires et 250 habitants. Parallèlement l’année 2021 a permis de récoltées près de 3000 données sur le site de Faune Limousin qui a été choisi comme outil de collecte pour cet ABC.

Cette année treize dates sont programmées. Le programme d’animation permettra aux participants de développer leurs connaissances sur les petites bêtes autour de La Souterraine mais aussi d’en apprendre un peu plus sur la gestion de leurs milieux et de leurs habitats. Vous pourrez par exemple venir décortiquer une pelote de rejection, observer les papillons de nuit (voir la méthode de capture utilisée), partir à la rencontre des reptiles, apprendre à rénover une mare ou bien encore explorer la litière à la recherche de mollusques etc…

Dans le cadre de l’ABC, cette année il est aussi proposé des soirées ciné/débat dont la première aura lieu le 31 mars sur le thème de la trame noire avec la présence de Romain SORDELLO, expert trame verte et bleu et pollution lumineuse au MNHN, à l’OFB et au CNRS et Alan Riffaud, chef de service départemental de l’OFB Creuse.

En 2022, Les 300 écoliers de la Souterraine bénéficieront de deux animations dans l’année sur le rôle des insectes pollinisateurs dans notre vie de tous les jours encadrées par des animateurs de l’Escuro-CPIE des pays creusois.

En plus de leur participation aux animations grands publics afin d’initier les citoyens passionnés à notre biodiversité commune, les associations naturalistes du Limousin : le GMHL, la LPO, la SEL, la SLO et la SLEM, sans oublier la Société mycologiques du limousin (SML), le Conservatoire botanique national du massif central (CBNMC) et l’Observatoire de l’abeille vont prospecter sur le terrain selon leur protocole afin de recueillir des données naturalistes ce qui nous permettra à l’issue d’obtenir des cartes détaillées sur la biodiversité présente sur la commune de la Souterraine.

Aperçu de l'avancée des prospections fin 2021 :

 

Pour tout renseignement sur les animations à venir contactez Yannick, coordinateur de l’ABC à la mairie de la Souterraine ou par mail à abc@la-souterraine.fr

posté par Gmhl Admin
 
vendredi 11 février 2022
Besoin de bras pour une action concrète de préservation de l'environnement

CHANTIERS DE PLANTATIONS 🌳 EN HAUTE-VIENNE !

 

Dans le cadre du Plan France Relance et du programme "Plantons des haies en Nouvelle Aquitaine" la LPO Limousin accompagne 9 agriculteurs du territoire Pays Monts et barrages dans leurs projets de plantation de haies. Les objectifs sont divers (haies fourragères, haies brise-vent, stabilisation du sol, restauration des corridors écologiques, etc.), et la motivation est grande.

Les chantiers de plantation seront tous réalisés sous forme de chantiers participatifs. Ainsi, pour que ces linéaires de haies voient le jour, les agriculteurs planteurs et la LPO, ont besoin de vous ! Venez donc participer aux chantiers, ils sont ouverts à tous. Rejoignez-nous muni de pelles, gants, bottes, et partageons un repas à midi. Tout cela dans la convivialité et dans le but de voir se concrétiser de beaux projets.

Pour s’inscrire, ou avoir plus d’informations :

 laura.taysse@lpo.fr  ou 06 20 82 93 68

 

Voilà le programme complet :

  • Samedi 12 février : Ferme du Mascrochet, au Mascrochet à Champnétery 
  • Jeudi 17 février : Ferme de Belleprade à Belleprade à Champnétery
  • Mercredi 23 février : Ferme du GAEC Fraysse-Bosredon au Rouveix-Haut à Bujaleuf 
  • Samedi 26 février : Ferme de Bruno Marecchia au 10 route Mazermaud à Linards
  • Mercredi 02 mars : Ferme d'Hervé Mazé au Monteil à Bujaleuf
  • Vendredi 04 mars : Ferme du GAEC Ficelle à Chez Thivaud à Nedde 
  • Jeudi 17 mars : Ferme du GAEC du Puy Larcy à Rilhac à La Croisille sur Briance

 

A vos agendas

posté par Gmhl Admin
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 179

GMHL, LPO Limousin, SLO, SEL, SLEM, CEN Nouvelle-Aquitaine - Collectif Faune Limousin
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2022