www.faune-limousin.eu
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Chevêche d'Athéna 16-17
       - 
Cigogne blanche 2017
       - 
Cincle plongeur 16-17
       - 
Gobemouche noir 2017
       - 
Martin-pêcheur d'Europe 2017
       - 
Campagnol amphibie 16-17
       - 
Hérisson d'Europe 16-17
       - 
Hermine 15-17
       - 
Muscardin 16-17
       - 
Lézard des murailles 16-17
       - 
Alyte accoucheur 16-17
       - 
Salamandre tachetée 16-17
       - 
Aeschne mixte 16-17
       - 
Brunette hivernale 16-17
       - 
Azuré porte-queue 16-17
       - 
Mante religieuse 16-17
       - 
Aïolope automnale 15-17
       - 
Criquet des roseaux 15-17
       - 
Conocéphale gracieux 15-17
       - 
Escargot de Bourgogne 16-17
 - 
Les galeries photos
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et codes atlas
    - 
la Foire Aux Questions
    - 
Manuel d'utilisation
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Utilisation de Faune-Limousin
 - 
Manuel d'utilisation
 - 
Crédits photographiques
 - 
Code de déontologie et de gestion
 - 
Rencontres Faune-Limousin
 - 
Les autres sites Visionature
Documentation et identification
 - 
Oiseaux
 - 
Insectes
 - 
Libellules et demoiselles
 - 
Mollusques
 - 
Crustacés
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
>
 
Nbre/page :
nbre : 68
 
mercredi 11 octobre 2017
Faune terrestre et réseau routier : appel aux observateurs de cas de collision.

Le GMHL est à la recherche d'informations concernant les sites de collisions de mammifères, reptiles et amphibiens sur les routes de Limoges Métropole. L'association travaille cette année sur une étude commandée par la communauté d'agglomérations visant à mieux connaître la faune présente sur les abords de son réseau routier pour intégrer la conservation des espèces dans leur gestion. Afin de localiser au mieux les points d'impacts fréquents en cette saison propice aux collisions, nous lançons un appel à observateurs. N'hésitez pas à nous transmettre vos données localisées précisément, en utilisant pour cela le module mortalité.

Pour plus d'infos, contactez le GMHL. (photo : Crapaud calamite)

posté par Anthony Virondeau
 
mercredi 13 septembre 2017
Oiseaux
Bilan du suivi bénévole Pie-grièche grise - année 2017

Bonjour à tous,

Cette année le suivi bénévole sur la pie-grièche grise en Limousin s’est poursuivi. Nous avons décidé de suivre particulièrement 12 sites de la formation des couples en février/mars à l’émancipation des jeunes début juillet. L’objectif était d’améliorer encore un peu plus les connaissances sur la biologie de l’espèce sur la Montagne Limousine. Ces données seront synthétisées dans un article, prévu pour l’année 2018. Globalement la saison de reproduction a été assez mitigée, sur les 12 sites suivis, seulement 5 réussites ont eu lieu en première ponte et 12 jeunes à l’envol ont été observés. Au moins 4 pontes de remplacements ont été réalisées mais elles ont toutes échouées.

La synthèse des observations en période de reproduction sur l’ensemble du Limousin indique qu’il y a eu au moins 46 sites occupés dont au moins 36 par un couple (Collectif, in www.faune-limousin.eu, extraction août 2017). A noter que 3 nouveaux sites ont été découverts sur le plateau de Bort dans le cadre d’une journée de prospection participative qui a réuni 6 participants le 26 mars. Le nombre total de jeunes à l’envol observés est seulement de 20 (dont 3 sont issus d’une ponte de remplacement). Ce chiffre n’est cependant pas représentatif car l’effort de prospection en période d’envol n’a pas été très intense en dehors du suivi des 12 couples. La météo plutôt clémente du printemps nous laisse cependant espérer qu’il y a eu une saison de reproduction normale comparé à l’année catastrophique de 2016. 

Bonnes observations,

Robin PETIT, Gérard NONIQUE-DESVERGNES, Didier DUPONT

(crédit photo : Gérard NONIQUE-DESVERGNES)

posté par Anthony Virondeau
 
vendredi 8 septembre 2017
Gastéropodes
Stages détermination des Mollusques
 

La Société Limousine d'étude des Mollusques organise des formations à la détermination aux dates suivantes :

- mardi 26 septembre : détermination de coquilles au pôle nature d'Aixe sur Vienne de 12h00 à 14h00.

- mardi 03 octobre : détermination de coquilles au pôle nature d'Aixe sur Vienne de 12h00 à 14h00.

- 13,14 et 15 octobre : stage malaco (terrain et "labo") secteur sud Corrèze, nord Dordogne. Avec Xavier Cucherat, Vincent Prié et Lilian Léonard du MNHN. Au programme sorties d'inventaires et détermination des collectes. On sera basé sur Objat (19) : INSCRIPTION OBLIGATOIRE.

- Samedi 28 octobre  : Sortie d'inventaires sur le Plateau d'Argentine (24340 LA ROCHEBEAUCOURT-ET-ARGENTINE) et vallée de la Nizonne. Avec les malacologues Yannig Bernard, Eric Brugel et Philippe Jourde.

N’hésitez pas a nous contacter si vous avez des questions : mollusqueslimousin@gmail.com

A bientôt

Pour la SLEM, David Naudon

posté par Frédéric Dupuy
 
vendredi 8 septembre 2017
Mammifères
Atlas GMHL - Recherche de pelotes de réjection

Dans le cadre de l'enquête atlas des mammifères, reptiles et amphibiens du Limousin, le GMHL souhaite améliorer les connaissances sur les micromammifères de la région. L'une des méthodes les plus efficaces est l'analyse de ossements contenus dans les pelotes de réjection de rapaces (notamment la Chouette effraie) qui permettent de connaître les espèces présentes dans un secteur ainsi que leur abondance relative.

Plusieurs milliers de pelotes ont déjà été analysées ces dernières années mais certaines parties de la région sont encore sous-prospectées. La carte ci-dessous montre les zones sur lesquelles nous n'avons pas encore de données et sur lesquelles il serait intéressant de récolter des lots de pelotes (environ 50 idéalement pour que ce soit représentatif mais c'est quand même intéressant s'il y en a moins).

Pour rechercher des pelotes d'Effraie, le plus simple est de visiter les vieux bâtiments (granges, maisons abandonnées...) ou les édifices publics (églises notamment) en dehors de la période de reproduction (idéalement en fin d'été et en automne).

Pour ceux qui sont intéressés pour participer au décorticage des pelotes, je vous joins la note réalisée par le GMHL et le lien vers le site internet (http://gmhl.asso.fr/atlas/micromammiferes/) sur lequel il y a toutes les infos pour participer aux soirées pelotes !

Document à télécharger :  Note de cadrage pour l'analyse des pelotes
posté par Julien Barataud
 
mercredi 2 août 2017
Oiseaux
Les oiseaux rares en Limousin en 2016

Le rapport du comité d'homologation régional du Limousin est paru. Il relate les observations d'oiseaux rares en 2016. Bonne lecture ! (photo : Grèbe jougris - Vassivière, décembre 2016 - Christophe Mercier)

Document à télécharger :  RAPPORT2016-9327.pdf
posté par Anthony Virondeau
 
lundi 31 juillet 2017
Orthoptères
Deux jours de prospection / formation orthoptères dans l'Est creusois

Deux journées de prospection et formation orthoptères auront lieu le mardi 15 et le mercredi 16 août autour de Mainsat en Creuse.

 

L'objectif est de prospecter des secteurs peu connus de la région, dans l'est creusois. Ces deux jours seront aussi consacrés à la formation des naturalistes qui le souhaitent à l'identification des criquets et sauterelles : n'hésitez pas à venir même si vous n'y connaissez rien !

 

Le rendez-vous est fixé à 9h30 sur la place de l'église de Mainsat le mardi 15 août. Il est aussi possible de ne venir qu'à une journée sur les deux.

 

Au niveau logistique, nous aurons un bâtiment pour dormir la nuit du mardi au mercredi avec eau et électricité à Mainsat. Prévoir matelas, sac de couchage et victuailles pour les deux jours.

 

Pour inscription et informations complémentaires, contacter Julien Barataud (julien.barataud@gmail.com ou 05 55 21 99 56)

posté par Julien Barataud
 
dimanche 30 juillet 2017
Oiseaux
EPOC - Clôture de la saison 2017

La saison de reproduction 2017 s’achève avec les derniers jeunes oiseaux qui prennent leur envol. Les milans et les martinets commencent déjà à franchir les Pyrénées en route vers l’Afrique. La période d’étude pour le protocole EPOC touche donc à sa fin.

Pour rappel, le protocole EPOC (Estimation des Populations d’Oiseaux communs) a été mis en place ce printemps afin d’estimer les tailles de population d’oiseaux communs. Cet outil, s’inspirant et complétant le STOC EPS, permet de réaliser des points d’écoute de 5 minutes n’importe où, n’importe quand, par l’intermédiaire de la saisie par formulaire ou liste complète.

En attendant une première analyse des résultats, nous vous proposons de garder le rythme et de poursuivre et d'intensifier la saisie par formulaire. La durée de 5 minutes, adaptée aux oiseaux nicheurs, peut être élargie pour maximiser la détection d’espèce devenue silencieuse.

Nous vous conseillons donc de saisir un maximum de données par formulaire complet pour des durées d’observation comprises entre 5 et 60 minutes. Ces données sont essentielles pour l’étude de la phénologie des espèces, indispensable à la mise en place de mesures de conservation adéquates.

Merci pour votre engagement et à l’année prochaine pour une nouvelle saison printanière d’EPOC

posté par Julien Barataud
 
mardi 11 juillet 2017
Naissance de Faune France

Cher(e) contributeur (trice),

Faune-France, le portail national de restitution des données naturalistes, fruit du travail collectif d’une quarantaine d’associations, a été inauguré le samedi 1er juillet, dans une version basique. Retrouvez ce portail à l'adresse http://www.faune-france.org.

Qu’est-ce-que c’est ?

C’est vos portails locaux que vous connaissez mais à l’échelle nationale. A terme, ce site remplacera et complètera Ornitho.fr, en s’ouvrant notamment à d’autres groupes faunistiques que les oiseaux. Ce site propose déjà des restitutions en temps réel, et des données issues d’enquêtes nationales, rarement diffusées sous cette forme.

D’où proviennent les données ?

Pour pouvoir restituer des informations synthétiques, Faune-France est connecté aux portails locaux. Cette connexion, pour les systèmes VisioNature, se fait en application de la convention de mise à disposition de l’outil, de la mise en oeuvre d’une charte interassociative par les administrateurs des bases faune locales et fait suite à un vote du 21 juin 2017 du Comité de pilotage de Faune-France, où chaque structure administratrice est représentée.

Les données directement saisies sur Faune-France, ou celles issues de l’application NaturaList et mises à disposition par la société BioloVision, sont directement consultables et versées aux bases locales.

Le Comité de pilotage de Faune-France (43 structures) définit les modalités d’affichage des données au plan national et statue sur les sollicitations liées à l’utilisation de celles-ci.

La synchronisation des bases, c’est-à-dire leur connexion pour favoriser leur parfaite similarité, engendre pour le moment quelques perturbations liées au fait que les paramétrages d’espèces varient partout en France. Sur Faune-France, dans un premier temps, les critères les plus stricts ont été retenus tant sur la rareté des espèces que sur leur restitution. Dès qu’une espèce est cachée dans un département ou une région, elle est cachée au niveau national. Dès qu’une espèce est considérée comme rare au plan local elle devient rare au niveau national. Nous avons fait valoir le principe de précaution.

Ces paramétrages sont en cours de révision, et un groupe de travail national sera mis en place pour proposer une harmonisation accrue.

Une montée en charge progressive

Pour l’heure, les archives des bases de données locales ne sont pas encore versées à Faune-France. C’est normal, cela prendra du temps. Dans les semaines et mois qui viennent, Faune-France ouvrira de nouveaux outils de visualisation des informations. Il sera par exemple possible d’obtenir ses statistiques personnelles au plan national, de visualiser les données NaturaList ainsi que les galeries, de requêter sur des espèces comme vous le faites aujourd’hui au plan local. Au-delà de ces modalités existantes, Faune-France permettra aussi d’avoir accès à de nouveaux modules (données Wetlands, mon coin de nature, etc.).

 

Le Comité Technique de Faune-France

Bretagne Vivante, CORIF, GONm, GON, LPO Aquitaine,

LPO France, LPO Franche-Comté et LPO PACA.

posté par Frédéric Dupuy
 
vendredi 30 juin 2017
Oiseaux
Mise à jour de la liste des espèces d’oiseaux soumises à homologation en Limousin

Lors de la réunion annuelle du 29 avril dernier, le comité d’homologation du Limousin a mis à jour la liste des espèces soumises à homologation (voir pièce jointe). Cette mise à jour entre en vigueur le 1er juillet 2017. Elle consiste en un allègement puisque les neuf espèces suivantes sortent de la liste : vautour fauve, échasse blanche, goéland brun, mouette mélanocéphale, sterne pierregarin, hibou des marais, gorgebleue à miroir, phragmite des joncs, rémiz penduline. Trois rejoignent la liste des espèces pour lesquelles les données de la commune de Lussat sont validées sans description ni photo : garrot à œil d’or, nette rousse et pluvier argenté.

Cette mise à jour se base sur le nombre de mentions en Limousin (au moins 3 par an pendant 5 ans), avec des subtilités pour les cas d’invasion ponctuelle et pour les espèces contactées à Lussat. L’augmentation du nombre de données transmises par les observateurs, notamment grâce à Faune Limousin, a démontré la régularité des espèces citées. Par ailleurs, le travail des vérificateurs sur les sites de saisie en ligne assure la fiabilité des données de toutes les espèces non soumises à homologation. Les espèces qui sortent de la liste continueront donc d’être vérifiées mais selon une procédure plus souple (pas d’avis collégial nécessaire, ni de description / photo systématique).

Le comité d’homologation en profite d’ailleurs pour saluer le travail de fourmi réalisé par ces vérificateurs, coordonnés par la SEPOL et la LPO Corrèze, qui examinent un nombre colossal de données. Enfin, les nombreux observateurs qui transmettent leurs données, et nourrissent ainsi les synthèses annuelles sur les oiseaux rares, sont vivement remerciés. La synthèse des observations d’oiseaux rares en 2016 devrait être prochainement publiée.

Le comité d’homologation du Limousin

posté par Anthony Virondeau
 
dimanche 4 juin 2017
Orthoptères
A la recherche du Dectique verrucivore !

Le Dectique verrucivore est une grande sauterelle caractéristique des prairies naturelles à hautes herbes et à flore diversifiée. Ces populations ont considérablement régressées ces dernières décennies, notamment en plaine où il a disparu de nombreuses régions. Ces principaux bastions restent en France les zones d'élevage extensif de moyenne montagne.

En Limousin, il est encore régulier dans les prairies naturelles et les landes du plateau de Millevaches et il est très rare ailleurs où des petites populations semblent se maintenir ponctuellement à la faveur de zones prairiales épargnées par les labours et la fertilisation à outrance. Ces petites populations relictuelles ont pour l'instant été notées dans le sud corrézien, les Combrailles et le nord-ouest de la Haute-Vienne mais il peut potentiellement se rencontrer encore un peu partout et il est urgent d'identifier ses zones refuges pour y envisager des mesures de protection qui profiteront à tout un cortége d'espèces liées aux prairies de fauche naturelles. Les prairies à Dectique sont en effet souvent très riches en insectes divers et accueillent généralement de nombreux passereaux insectivores consommateurs d'orthoptères (Bruant proyer, Pie-grèche écorcheur, Alouette lulu...)

Pour le mettre en évidence, il faut plus se servir de ses oreilles que de ses yeux car il est très farouche et se dissimule au pied des herbes à la moindre alerte. Il peut être vert ou brun et fait penser à une petite grenouille lorsqu'on l'aperçoit sauter dans les prairies. De taille similaire à la grande suaterelle verte, il a une allure plus massive et des ailes plus courtes. Son chant est par contre très sonore et caractéristique et consiste en un cliquetis métallique puissant égréné inlassablement pendant les chaudes journées de début d'été (juin-juillet). Avec un peu d'habitude, il s'entend même facilement par les vitres de la voiture. Un lien pour écouter son chant.

Le terme de verrucivore est lié à une croyance selon laquelle il convenait de faire mordre les verrues par le Dectique puis de les brûler en y déposant le suc sécrété par la bouche de l'animal. Si ça vous tente d'essayer !...

Pour voir l'avancement des connaissences sur sa répartition, c'est ici.

posté par Julien Barataud
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
>
 
Nbre/page :
nbre : 68

GMHL, SEPOL, LPO 19, SLO, SEL, SLEM - Collectif Faune Limousin
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017