www.faune-limousin.eu
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Qui sommes-nous ?
Consulter les observations
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Bruant jaune 16-17
       - 
Busard Saint-Martin 2017
       - 
Mésange boréale 16-17
       - 
Pie-grièche à tête rousse 16-17
       - 
Pouillot de Bonelli 16-17
       - 
Pouillot siffleur 16-17
       - 
Serin cini 16-17
       - 
Campagnol amphibie 16-17
       - 
Hérisson d'Europe 16-17
       - 
Hermine 15-17
       - 
Muscardin 16-17
       - 
Lézard des murailles 16-17
       - 
Lézard des souches 16-17
       - 
Alyte accoucheur 16-17
       - 
Rainette verte 16-17
       - 
Sonneur à ventre jaune 16-17
       - 
Pennipatte orangé 16-17
       - 
Chlorocordulie métallique 15-17
       - 
Damier de la Succise 16-17
       - 
Cuivré des marais 16-17
       - 
Criquet des ajoncs (C. b. binotatus) 15-17
       - 
Dectique verrucivore 15-17
       - 
Grillon bordelais 15-17
       - 
Escargot de Bourgogne 16-17
 - 
Les galeries photos
Actu, aide et stats
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Droits d'accès
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles et codes atlas
    - 
la Foire Aux Questions
    - 
Manuel d'utilisation
  Statistiques d'utilisation
Synthèses naturalistes
 - 
Atlas des oiseaux nicheurs
 - 
Liste communale des espèces
 - 
Cartes atlas (toutes espèces)
Utilisation de Faune-Limousin
 - 
Manuel d'utilisation
 - 
Crédits photographiques
 - 
Code de déontologie et de gestion
 - 
Rencontres Faune-Limousin
 - 
Les autres sites Visionature
Documentation et identification
 - 
Oiseaux
 - 
Insectes
 - 
Libellules et demoiselles
 - 
Mollusques
 - 
Crustacés
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
>
 
Nbre/page :
nbre : 59
 
dimanche 4 juin 2017
Orthoptères
A la recherche du Dectique verrucivore !

Le Dectique verrucivore est une grande sauterelle caractéristique des prairies naturelles à hautes herbes et à flore diversifiée. Ces populations ont considérablement régressées ces dernières décennies, notamment en plaine où il a disparu de nombreuses régions. Ces principaux bastions restent en France les zones d'élevage extensif de moyenne montagne.

En Limousin, il est encore régulier dans les prairies naturelles et les landes du plateau de Millevaches et il est très rare ailleurs où des petites populations semblent se maintenir ponctuellement à la faveur de zones prairiales épargnées par les labours et la fertilisation à outrance. Ces petites populations relictuelles ont pour l'instant été notées dans le sud corrézien, les Combrailles et le nord-ouest de la Haute-Vienne mais il peut potentiellement se rencontrer encore un peu partout et il est urgent d'identifier ses zones refuges pour y envisager des mesures de protection qui profiteront à tout un cortége d'espèces liées aux prairies de fauche naturelles. Les prairies à Dectique sont en effet souvent très riches en insectes divers et accueillent généralement de nombreux passereaux insectivores consommateurs d'orthoptères (Bruant proyer, Pie-grèche écorcheur, Alouette lulu...)

Pour le mettre en évidence, il faut plus se servir de ses oreilles que de ses yeux car il est très farouche et se dissimule au pied des herbes à la moindre alerte. Il peut être vert ou brun et fait penser à une petite grenouille lorsqu'on l'aperçoit sauter dans les prairies. De taille similaire à la grande suaterelle verte, il a une allure plus massive et des ailes plus courtes. Son chant est par contre très sonore et caractéristique et consiste en un cliquetis métallique puissant égréné inlassablement pendant les chaudes journées de début d'été (juin-juillet). Avec un peu d'habitude, il s'entend même facilement par les vitres de la voiture. Un lien pour écouter son chant.

Le terme de verrucivore est lié à une croyance selon laquelle il convenait de faire mordre les verrues par le Dectique puis de les brûler en y déposant le suc sécrété par la bouche de l'animal. Si ça vous tente d'essayer !...

Pour voir l'avancement des connaissences sur sa répartition, c'est ici.

posté par Julien Barataud
 
jeudi 1 juin 2017
Caravane naturaliste du lundi 3 au samedi 8 juillet

Le GMHL organise dans le cadre de son Atlas une caravane naturaliste du lundi 3 au samedi 8 juillet, dans le Parc naturel régional de Millevaches en Limousin.
Au programme de cette caravane : une semaine d’inventaires naturalistes à la recherche des mammifères, reptiles et amphibiens du plateau, ainsi que des balades nature pour toute la famille autour des lacs de Vassivière, Lavaud-Gelade et Faux.

La semaine se clôturera le samedi par un bal trad avec Valsaviris à la salle des fêtes de Faux-la Montagne (initiation aux danses traditionnelles à 17h30,  bal à 21h).

Cette Caravane a un double objectif : améliorer les connaissances sur la biodiversité du territoire et mieux faire connaître le patrimoine naturel limousin auprès du plus grand nombre, le tout dans la convivialité.

Nous recherchons des bénévoles pour participer aux inventaires et aider à l’organisation de la caravane : référent inventaire, encadrement d’une animation nature l’après-midi, transport de matériel, organisation des repas, logistique bal trad, communication, reportage photo… Il est possible pour un même bénévole, selon ses envies, de participer à la fois à  l’inventaire du matin et à un poste logistique. Il est également possible de participer sur une ou plusieurs journées selon les disponibilités de chacun.

Pour les bénévoles participant à la  logistique : hébergement en camping et repas pris en charge. Entrée au bal trad offert.

Infos et programme détaillé
ici

Document à télécharger :  http://gmhl.asso.fr/caravane-naturaliste/
posté par Gmhl Admin
 
dimanche 21 mai 2017
Oiseaux
27 & 28 mai 2017 : Un week-end pour compter les oiseaux !

Comme chaque année, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) organisent un comptage national des oiseaux des jardins le dernier week-end de mai. Tous les citoyens sont ainsi invités à participer pour faire avancer les connaissances sur ces oiseaux. Il suffit de consacrer 1h de son week-end à l’observation de l’avifaune qui peuple son jardin. Cette opération permettra de savoir quelles sont les espèces qui fréquentent ces zones en cette période. Lors du comptage de mai 2016, c’est le merle noir qui avait été observé dans le plus de jardin (80%). Qu’en sera-t-il cette année ?

Et vous, quels sont les oiseaux que vous observez dans votre jardins en cette période ?

Pour prendre part à l’opération cette année, il vous suffit de choisir un lieu de comptage et d’y compter les oiseaux durant 1h, puis de transmettre vos observations directement sur le site internet du programme : www.oiseauxdesjardins.fr.

En détails :

  1. Choisir un jour d’observation : samedi 27 ou dimanche 28 mai et un créneau horaire d’une heure exactement.

  2. Trouver un lieu d’observation. Un jardin privé ou un parc public, peu importe sa taille, urbain ou campagnard. Il est possible de participer sur un balcon.

  3. Compter et noter durant 1 heure tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Pour vous aider à identifier les oiseaux, une fiche est à votre disposition. Elle présente les 52 espèces les plus fréquemment observées dans les jardins.

  4. Transmettre les données sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr

Tout le monde peut prendre part au comptage ! Pas besoin de matériel particulier : un papier, un crayon et un accès internet suffisent.

Et si besoin, l’équipe de l’Observatoire est à la disposition des participants pour les aider à identifier un oiseau inconnu. Il suffit d’envoyer une photo de « l’oiseau non identifié » à cette adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr

Plus d’informations

Consultez le site Internet dédié à l’opération www.oiseauxdesjardins.fr.

Opération réalisée par la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle dans le cadre des programmes VigieNature.

posté par Julien Barataud
 
jeudi 18 mai 2017
Oiseaux
Recherche de Pie-grièche à tête rousse

Dans le cadre du Plan National d’Action en faveur des Pies-grièches, un suivi est réalisé encore cette année par la SEPOL afin de connaitre au mieux la répartition et la biologie de deux espèces qui sont, la Pie-grièche à tête rousse et la Pie-grièche grise (respectivement PGTR et PGG pour les intimes).

Photo : Pie-grièche à tête rousse - Fabrice Desage

La saison de la PGTR étant déjà bien attaqué, nous vous proposons de rechercher, lors de vos sorties, les individus ou éventuels couples de pie-grièche à tête rousse que vous pourriez rencontrez.

Les milieux les plus favorables étant les zones bocagères pâturées avec haies basses et chêne. Les recherches concernent donc principalement les franges sud, est et nord du Limousin mais il ne faut pas négliger les autres zones au contraire !

Répartition de la pie-grièche à tête rousse en période de nidification. Nouvel Atlas des oiseaux nicheurs en Limousin